Tunisie : L'investiture de Kaïs Saïed, nouveau président de la République

Kaïs Saïed a été officiellement investi, mercredi, de ses fonctions de président de la République, devenant, ainsi, le deuxième président démocratiquement élu après feu Béji Caïd Essebsi, décédé le 25 juillet 2019.
Au deuxième tour de la présidentielle anticipée, Kaïs Saïed a recueilli 72.71% des voix exprimés, le dotant d’une forte légitimité.

S’exprimant dans son phrasée incantatoire devant la plénière extraordinaire de l’ARP, Kaïs Saïed a tenu un discours marqué par des temps forts sur le caractère sacré des responsabilités assumées au sein de l’Etat et envers le peuple.
Kaïs Saïed a promis de défendre la Tunisie et de garantir la pérennité de l’Etat et de préserver ses structures de tout calcul politique, se posant comme garant du peuple, de la république et de la sécurité des Tunisiens.

Fidèle à son slogan de campagne “le peuple veut”, Kaïs Saïed s’est engagé à consacrer la justice et à œuvrer pour satisfaire les aspirations des Tunisiens en termes d’emploi, de liberté et de dignité.
“La première responsabilité d’un chef d’Etat est d’être le symbole de son unité, de veiller au respect de la Constitution et de rassembler tous les Tunisiens”, a-t-il dit. Et d’ajouter que “les défis sont immenses et la responsabilité sera très lourde. Mais la volonté du peuple est grande pour relever les défis et surmonter les obstacles”.

Sur un autre plan, le chef de l’Etat a exhorté le peuple tunisien à resserrer les rangs dans sa lutte contre le terrorisme et à œuvrer sans relâche pour en éradiquer les causes, saluant les corps de l’armée, de la sécurité et de la douane dont les membres sont confrontés au danger de ce fléau et à tous les types de crimes. Kaïs Saïed a, également, appelé au respect de la loi et à la préservation des acquis et des richesses du pays.
Sur le registre des droits et des libertés, le chef de l’Etat a souligné qu’il n’y a pas lieu de toucher aux droits de la femme. “Et se trompe celui qui croit qu’il peut faire marche arrière en matière de droits”, a-t-il lancé.

La plénière extraordinaire s’est déroulée en présence des élus de l’actuelle législature (2014-2019), de l’ancien président de la République Fouad Mebazaa, d’anciens chefs du gouvernement et de l’actuel chef du gouvernement et son cabinet. Y ont, également, pris part des représentants des instances et organisations nationales, des personnalités nationales ainsi que des membres du corps diplomatique accrédités en Tunisie.

A la fin de la séance, Kaïs Saïed s’est rendu au Palais de Carthage pour la cérémonie de passation de pouvoir. Il y est arrivé vers 11h30 escorté par la Garde présidentielle et un escadron de la cavalerie.
Une foule immense de citoyens, hommes, femmes et jeunes, s’est rassemblée devant le Palais présidentiel de Carthage pour saluer le nouveau président Kaïs Saïed qui a été accueilli par le président sortant Mohamed Ennaceur. Une salve de 21 coups de canon a été tirée à cette occasion.

Les deux hommes se sont entretenus, en tête à tête, durant une dizaine de minutes. Kaïs Saïed avait, auparavant, serré la main aux membres du cabinet présidentiel de Mohamed Ennaceur.
Après le départ de Mohamed Ennaceur, Kaïs Saïed a marché jusqu’à l’entrée d’honneur du Palais de Carthage où il a salué le drapeau au son de l’hymne national, avant de passer en revue un détachement des trois armes qui lui rendait les honneurs.

Pour sa première activité en tant que président de la République, Kaïs Saïed s’est rendu au Carré des martyrs à Séjoumi où il a déposé une gerbe de fleurs au pied du mémorial, érigé en hommage aux martyrs de la nation, et récité la Fatiha à leur mémoire.