Souad Abderrahim, une entrepreneuse élue maire de Tunis

Si elle a rejoint le bureau politique d'Ennahdha depuis septembre 2017, cette docteur en pharmacie rejette la définition d'islamiste et se définit comme "indépendante". 

(AFP) - Souad Abderrahim, première femme à devenir mardi maire de Tunis à la suite des premières élections municipales de l'après-révolution en Tunisie, est une gérante d'entreprise, militante proche des islamistes de longue date et ancienne députée.

Cette docteur en pharmacie de 53 ans, qui dirige une importante entreprise de distribution de produits pharmaceutiques à Tunis, est reconnaissable à son brushing soigné et ses tailleurs pantalon impeccables, un style sobre mais tranchant souvent avec celui de son entourage politique. Cela lui a valu d'être qualifiée de vitrine pour un parti soucieux de moderniser son image.
"Nous sommes en train de dessiner la vraie image de la femme tunisienne!", lançait à l'AFP cette mère de deux enfants, peu après le scrutin du 6 mai. Elle estime que son score "montre une évolution dans une mentalité masculine qui jugeait la femme incapable d'assumer de grandes responsabilités".

Si elle a rejoint le bureau politique d'Ennahdha depuis septembre 2017, elle rejette la définition d'islamiste et se définit comme "indépendante". Le parti lui-même, soucieux de ne pas braquer ses opposants, souhaite se présenter comme un parti "musulman démocrate".
"Mes idées (politiques) sont libérales et réformatrices. Mes orientations sont d'appuyer tout ce qui est en relation avec la citoyenneté, renforcer l'unité du peuple tunisien", soulignait-elle en mai.

Pour un observateur de la vie politique tunisienne qui a requis l'anonymat, c'est "une femme de conviction" qui a "une certaine acuité politique". "Elle n'est pas là par opportunisme, elle a toujours défendu le programme d'Ennahdha à l'Assemblée constituante, mais elle n'est pas prête à aller n'importe où avec eux, elle tient à son indépendance - elle défend leurs idées tant qu'elle y croit", estime-t-il.

Elle s'est taillé une réputation de moralisatrice lors de son passage à l'Assemblée nationale constituante (ANC), dans laquelle elle a siégé au sein du bloc Ennahdha de 2011 à 2014.
Elle avait alors provoqué l'indignation chez le défenseurs des droits de l'Homme en s'en prenant aux mères célibataires. "Les mères célibataires sont une infamie pour la société tunisienne" et "ne devraient pas aspirer à un cadre légal qui protège leurs droits", avait-elle asséné fin 2011 sur les antennes de la radio Monte Carlo Doualiya.
Des propos "sortis de leur contexte", a-t-elle assuré à l'AFP, dans son bureau orné de ses diplômes et de photos de ses enfants. Elle estime s'être excusée et avoir depuis mûri politiquement.
"C'est une responsabilité difficile", reconnaît-elle, mais "je suis prête". "Avec l'expérience politique que j'ai acquise ces dernières années, je peux assumer des responsabilités".

Si elle ne s'est lancée en politique qu'en 2011, elle milite depuis sa jeunesse, et a fait partie de l'Union générale tunisienne des étudiants (UGTE), syndicat étudiant islamiste dissout sous Ben Ali.
Elle a été arrêtée et emprisonnée durant deux semaines après être intervenue dans une rixe dans un restaurant universitaire, à une époque où les tensions étaient vives entre étudiants gauchistes et islamistes.
Depuis 2014, elle avait disparu du paysage public ou presque - elle a été chroniqueuse quelques mois sur une télévision privée en 2016.
Appréciée de la base d'Ennahdha, elle insiste sur la nécessité de "réussir la décentralisation pour rétablir la confiance des citoyens et des jeunes".