Pourquoi l'art arabe n'est-il pas plus reconnu ?

Si le Machrek et le Maghreb occupent depuis longtemps une place de choix sous l'œil médiatique, il en va autrement pour leur scène artistique, pourtant intimement liée à leurs trajectoires politiques. Léa Polverini et Adèle Surprenant posent la question dans Slate.fr

La voix à demi étouffée par la musique, le dessinateur Ghadi Ghosn se souvient d'une enfance partagée entre les comics japonais et américains. Devant un bar de Beyrouth, connu pour rassembler des dizaines de jeunes artistes du Liban, celui qui écrit désormais ses propres bandes dessinées en anglais ou en français dit regretter de ne pas avoir grandi entouré de modèles d'artistes arabes.

Aujourd'hui, son constat est le même: «Le marché de l'art ici est trop petit et nous n'avons pas accès au marché arabe», malgré de timides améliorations. Avec des collègues du collectif Samandal, Ghadi Ghosn s'efforce de rester ouvert aux mains tendues par d'autres artistes de la région.

Interrogé sur son rapport à l'identité arabe, Ghosn se définit comme internationaliste. Pour lui, l'art n'est pas un moyen de se connecter à ses racines et encore moins à son pays, le Liban, où il a vécu deux guerres: «Le dessin est une échappatoire», concède-t-il, une île à l'abri de l'instabilité politique et économique qui traverse le monde arabe.

Héritage et renaissance

Il y a seulement quelques décennies, l'art était pourtant un vecteur d'unification et de solidarité entre les pays partageant l'arabe pour langue majoritaire. Comme le fait remarquer Fadia Antar, directrice de la Dalloul Art Foundation (DAF) à Beyrouth, «les pays de la région n'ont pas seulement la même langue, ils ont aussi vécu les mêmes invasions, les mêmes guerres et les mêmes difficultés. C'est ce qui fait que leur langage visuel se ressemble».

Le panarabisme a d'ailleurs pris racine dans ce qu'on a appelé la nahda, un mouvement de «renaissance» artistique et intellectuelle qui a animé le Maghreb et le Machrek à la fin du XIXe siècle.

S'appuyant sur une redécouverte du patrimoine classique (notamment hellénistique et pharaonique) et sur un intérêt pour la culture occidentale conçue comme source d'inspiration et d'emprunt, la nahda a surtout réaffirmé un lien entre la culture et les luttes politiques du moment, encourageant la mise en place d'un projet d'union politique des pays de langue arabe, allant de l'Égypte à la Syrie.

Le sculpteur égyptien Mahmoud Mokhtar reste l'un des représentants les plus exemplaires de ce rêve nationaliste et d'unité du monde arabe. Nourri de culture antique, ayant étudié au Caire puis à Paris juste avant la Grande Guerre, il revendiquait un art dirigé vers les masses, reprenant toute une iconographie populaire, où les fellahs (les paysan·nes) se mélangent aux sphinx.

«On a cette idée que la Première Guerre mondiale est liée à l'histoire des avant-gardes, mais en réalité, il y a un mouvement de retour à un ordre classique, à un art plus académique, qui ne s'éloigne toutefois pas de l'art moderne. C'est un art plus facile à lire que les avant-gardes, accessible à tous et qui reste souvent figuratif», explique Elka Correa Calleja, autrice d'une thèse sur Mokhtar et professeure d'histoire des arts islamique et arabe à l'université ibéro-américaine de Mexico.

En 1928, Mokhtar dévoile devant la gare centrale du Caire la monumentale statue Le Réveil de l'Égypte, qui entend redonner au pays tout le poids de l'histoire ancienne. Pour Correa Calleja, la statue trônant au centre de la ville représentait alors «une alternative des nations liée à l'histoire de l'Égypte pharaonique». La même année, Hassan el-Banna fondait la Société des Frères musulmans, optant plutôt pour une renaissance islamique.

Lire la suite et l'intégralité de l'article sur Slate.fr