Perles du Maghreb et du Moyen-Orient

La période de confinement se termine progressivement en France. Ce temps reclus nous aura permis de voyager virtuellement par-delà la Méditerranée grâce à l’Institut du monde arabe, qui, chaque jour, propose un spectacle, un film, une conférence, un DJ set, une activité pour les enfants… Une programmation éclectique et enrichissante.

L'Insttut du Monse Arabe (IMA) ne fait pas exception : ce beau lieu de culture et de civilisation a dû fermer ses portes en vertu du confinement décrété le 16 mars. Et il n’ouvrira pas le 11 mai, n’étant pas, dixit Édouard Philippe, un « petit musée » (keskecé ?). Qu’à cela ne tienne, l’Ima a rapidement mis en place une programmation en ligne, très éclectique à l’image des nombreux domaines qu’il explore, avec une nouveauté chaque jour. Son nom : #LImaALaMaison. La revue Politis en a dressé la liste ci-dessous.

DJ sets

Ainsi, l’Institut du monde arabe défriche les musiques électroniques d’inspiration arabe depuis 2014, a organisé deux sets en live (toujours disponibles en ligne), l’un, spécial Maghreb, nourri en particulier de musiques berbères, avec le DJ ALT, du collectif Mawimbi, l’autre, faisant des ponts entre les musiques orientales et hispaniques, avec Kasbah.

On prendra plaisir également à regarder le documentaire de David Daurier et Jean-Marie Montangerand, Les yeux de la parole, qui suit des collégiens de la banlieue d’Aix-en-Provence assistant à la création d’un opéra en arabe, adapté d’un classique majeur de la poésie moyen-orientale, Kalîla wa Dimna, datant du XIIIe siècle. L’Ima se fait aussi le relais du Centre cinématographique marocain, qui met tous les deux jours un film de son catalogue à disposition (25 films seront ainsi montrés).

Les maths en pyjamas

Une vidéo passionnante et indéniablement pédagogique (à regarder, donc, avec ses enfants collégiens) : celle où, Arnaud Cossart, professeur relais de l’académie de Versailles auprès de l’Ima, dans sa série « Les Maths en pyjama », explique comment faire un octogone sans équerre ! Un « truc », mis au point par le savant Abu l-Wafa (940-998), pour réaliser cette figure géométrique, couramment utilisée dans les arts décoratifs du monde arabe.

Deux portraits

On est aussi heureux de retrouver Manu Dibango dans un petit portrait de lui que l’Ima a mis en ligne pour lui rendre hommage, où le musicien se souvient comment, enfant au Cameroun, chantant du Bach et du Haendel à l’église mais dans sa langue, il a ainsi intégré très tôt deux cultures, occidentale et africaine. Autre portrait touchant : celui de la danseuse et chorégraphe syrienne Yara Al Hasbani, qui explique avoir préféré mettre en scène son histoire, liée à celle, tragique, de son pays, plutôt que de la raconter avec des mots.

Avec l’Institut du monde arabe, le titre de cette série, « Voyage autour de nos chambres », est plus que jamais justifié. Alors, belles découvertes !