Mohammed Assaf, la star palestinienne du monde arabe

Le 22 juin 2013, la Palestine exulte. Toute la nuit, les rues de Gaza ne désemplissent pas. On danse et on chante, sans s’arrêter, car Mohammed Assaf vient de gagner « Arab Idol ». À 22 ans, le jeune chanteur gazaoui remporte la deuxième édition de la « Nouvelle Star » du monde arabe. Son sourire immaculé, son allure juvénile et sa voix grave ont conquis, une bonne fois pour toutes, le cœur de millions de téléspectateurs.

Ses précédents passages dans l’émission (un succès au Liban, en Syrie, en Palestine, dans les Émirats…) en avaient déjà fait une star. Mais ce soir-là, il devient bien plus : désormais, Assaf est une idole. Même le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas décroche son téléphone. Il tient à saluer « la voix de la Palestine », celui qui fait, dit-il, « rejaillir tant d’honneur sur son peuple ».

Symbole d’unité du monde arabe, emblème de la dignité des Palestiniens, chantre d’une jeunesse porteuse d’espoir… Mohammed Assaf fait l’unanimité. Depuis sa victoire au Arab Idol, Mohammed Assaf a parcouru le monde. Il s’est produit dans de nombreux spectacles à guichets fermés notamment en Europe, en Amérique du Nord et au Moyen-Orient.

Celui qui a mis le territoire palestinien meurtri sous le feu des projecteurs est aussi le héros d'un film qui raconte son parcours semé d'embûches, "Le chanteur de Gaza" de Hany Abu-Assad"Je veux vraiment que les Palestiniens soient fiers d'eux-mêmes. Ce n'est pas comme si le film allait changer leur situation, mais il peut les aider à changer et à croire davantage en eux-mêmes", a expliqué Hany Abu-Assad, nommé deux fois aux Oscars (pour "Paradise Now" et pour "Omar" en 2014), au cours d'un entretien avec l'AFP en mai 2016 aux Etats-Unis, où le film est sorti sous le titre "The Idol".
 
Mohammed Assaf, qui a maintenant 30 ans, a séduit des millions de spectateurs dans le monde arabe quand il a remporté "Arab Idol".