Lazhar Mansouri, le photographe de l'Algérie d'antan

Lazhar Mansouri est né en 1932 dans les Aurès en Algérie. Comme photographe, il a immortalisé entre 1950 et 1980 les habitants de son village Aïn Beïda. Dans un studio de fortune (3 m x 3 m) aménagé dans une épicerie, il a reçu les habitants qui ont livré leurs confidences, non pas forcément orales mais visuelles et corporelles.

Pour la première fois, des femmes tatouées enlevaient leur foulard, défaisaient leur cheveux et se laissaient photographier. Lazhar Mansouri a capté les amours et les espoirs des familles algériennes, et des adolescents en quête d'évasion, qu'ils aient fait le choix de rester au pays ou de traverser la Méditerranée vers la France.

Alors que le fils du photographe s'apprêtaient à brûler les 10.000 négatifs craignant qu'ils ne tombent entre les mains des autorités, la collection fut sauvée par le photographe Mohand Abouda, qui après avoir publié en 2000 l'ouvrage «Aouchem» (tatouages), confie les négatifs à Armand Deriaz. Sur 400 photographies choisies, 120 sont développées et agrandies, véritable témoignage d'une époque, unique et inédit. Des expositions sont organisées dès 2003 dans des musées en France et en Europe.

Au-delà du plan strictement artistique, de très grande valeur, ses photos offrent un exceptionnel document humain, anthropologique et historique. Les images proposent un éclairage sur l'Algérie de l'époque et mêlent la tradition locale à la mémoire des grands artistes européens du portrait, en particulier, d'August Sanders. “L'histoire de Mansouri se partage entre inspiration et artisanat savant”, soulignent commentateurs dans leur hommage à cet artiste algérien, décédé accidentellement au milieu des années 1980.  Avant sa mort, Lazhar Mansouri correspondait régulièrement au sujet de son travail et de son histoire avec le photographe écrivain Mohand Abouda, celui-là même qui sauvera son œuvre de la destruction

L’intimité discrète, la spontanéité et la familiarité détendue qui transparait dans les photographies de Lazhar Mansouri, prises avec un équipement minimal, sont des documents rares de l'histoire de l'Algérie.