Jordi Savall et son orchestre de réfugiés au festival Arabesques de Montpellier

Le 16 avril 2016, Jordi Savall se rend dans la "jungle" de Calais et y donne un concert improvisé en compagnie de musiciens réfugiés rencontrés sur place. Suite à cette expérience, le Catalan décide de créer un orchestre permettant à de jeunes musiciens réfugiés ou immigrés en Europe de travailler avec ses musiciens habituels.

Baptisé Orpheus XXI et mené conjointement avec des associations d’aide aux migrants, ce projet vise ainsi à faciliter l’insertion des musiciens réfugiés et, au-delà, à valoriser la musique en tant que moyen de communication entre les peuples. Pour ce concert donné dans le cadre du festival Arabesques, l’orchestre, se compose de six musiciens, parmi lesquels la grande chanteuse et oudiste syrienne Waed Bouhassoun.

"La musique permet de se rappeler toujours qu’il y a l’être humain d’abord, et des valeurs que l’on ne doit pas négliger, ni oublier. Avec la musique, on arrive à créer un beau dialogue avec l’autre."

Waed BouhassounChanteuse syrienne

Des deux côtés du Sahara

Le festival a eu lieu jusqu’au 22 septembre avec des dialogues entre le Maghreb et l’Afrique subsaharienne et notamment 3MA regroupant le Malien Ballaké Sissoko, le Marocain Driss El Maloumi et le Malgache Rajery. A écouter aussi la diva soul marocaine Oum qui présente son dernier album Daba, Aziz Sahmaoui (fondateur de l’Orchestre national de Barbès) et son groupe Unervisity og Gnawa, ou encore Soundjata, un conte musical porté par le libanais Jihad Darwiche et le musicien malien Tom Diakité.

Objectifs du projet Orpheus XXI

1/ Permettre aux enfants réfugiés de s’exprimer et communiquer par la musique avec des personnes qui ne parlent pas leur langue maternelle et possèdent d’autres références culturelles.

2/ Faire prendre conscience aux enfants réfugiés que malgré les guerres et exils qu’ils ont vécus, la musique est un vecteur de compréhension de leur passé qui les aidera à se construire en tant que citoyens.

3/ Offrir des opportunités d’insertion professionnelle aux jeunes musiciens réfugiés.

4/ Donner aux réfugiés la possibilité de redécouvrir les musiques savantes et traditionnelles de leur propre pays, puis de les partager le plus largement possible avec les Européens afin d’offrir à ces derniers la chance de découvrir et de comprendre la population réfugiée.

5/ Soutenir la diffusion de ce travail collaboratif et interculturel dans le cadre d’une tournée européenne.