Jacques Brel le Marocain

Peu savent les liens qui unissent Jacques Brel au Maroc. Or, il y venait souvent à titre professionnel et privé dans ce pays. Un livre du journaliste belge Hervé Meillon raconte les aventures autour du tournage d’un documentaire sur les traces du chanteur au Maroc.De rebondissements en anecdotes insolites, on lit ce témoignage avec le son dans les oreilles et les images dans les yeux.

Jacques Brel aimait profondément le Maroc qui l’a inspiré, et le pays le lui a bien rendu. Il a marqué plusieurs générations de Marocains qui continuent à respecter autant le poète que l’homme. A la fois provocateur, tendre et humoristique, ce livre souligne l’authenticité qui lie des êtres de cultures différentes mais se rassemblent dans l’amour du plaisir et de l’art. L’horizon de Brel n’était pas qu’un plat pays. Le vivre ensemble était sa force.

Jacques Brel a chanté aux arènes de Casablanca en 1956, au cinéma de l'Agdal (qui n'existe plus depuis plusieurs années) en 1959, dans plusieurs villes marocaines en 1964 et pour faire ses adieux à la scène en novembre 1966. Il a également été invité au Festival des Arts Traditionnels de Marrakech en 1973. Mais Brel a aussi été tenté d'élire domicile au Maroc, aux confins du désert. Mais l'océan pacifique, comme on le sait, a eu gain de cause pour bercer sa dormance. Son dernier concert à l'Olympia en février 1967, il l'a précédé d'une tournée à travers le monde et aussi au Maroc : à Rabat le 26 novembre 1966, le vendredi à Meknès, le jeudi et le samedi à Casablanca.

Il subsiste plusieurs liens qui rapprochent Brel du Maroc. Dans sa discographie par exemple, le Maroc est indirectement présent. Sa chanson "La valse à mille temps" a été composée au Maroc, et c'est son arrangeur et ami François Raubert qui en témoigne. "C'était en 1960 ou 1962 sur la route entre Tanger et Rabat, il y avait énormément de virages et Brel était au volant." Autre exemple, dans sa chanson "Jeff" où il dit : "On ira voir les filles chez la Madame Andrée..." Cette Dame Andrée a réellement existé dans un bordel à Mohammédia. Elle était d'ailleurs très célèbre. Brel était très connu au Maroc confie Ali Hassan : "À l'époque, il y avait un très gros matraquage radio, et le public était plus disponible".

Mohamed Loakira, poète marocain définit Brel comme d'abord un auteur ensuite un chanteur. "Jacques Brel a su observer, vivre, expérimenter et ressentir les mots, les sons, les rythmes, les gestes qui font de nous des êtres, dans la durée. Libre à nous d'être où de ne pas être dans ce qu'il chante".

En savoir plus: 

«Jacques Brel et le Maroc» est le nouvel ouvrage du journaliste belge Hervé Meillon qui vient de paraître aux éditions «La Croisée des Chemins» et que l'auteur signera, le week-end prochain, lors de la 25ème édition du Salon international de l'édition et du livre (SIEL) qui aura lieu du 8 au 17 février 2019 à Casablanca.