Prévenir tout risque de radicalisation des MRE

Un an après les attentats de Barcelone, le directeur du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ) Abdelhak Khiame, a accordé une interview à l’agence de presse espagnole EFE dans laquelle il est revenu sur la coopération avec les pays européens.

Khiame a fait part d’une nouvelle stratégie pour prévenir tout risque de radicalisation des Marocains résidant à l’étranger, se félicitant de l’excellence de la coopération entre les services de renseignement marocains et espagnols.

Le directeur du BCIJ a assuré qu’il y a une coordination entre le Maroc et les services de police européens face aux nombreux cas de radicalisation des jeunes migrants, soulignant la nécessité pour le Maroc d’accéder comme membre de plein droit aux bases de données de l’Office européen de police (Europol).

« Je pense que la base de données de toutes les agences responsables de la sécurité en Europe comme Europol doit être partagée avec les pays de l’Afrique du Nord comme le Maroc », a-t-il fait valoir.

« Nous avons appelé nos homologues occidentaux à partager avec nous les données dont ils disposent », a fait savoir M. Khiame, notant que l’un des principaux enseignements à tirer des attentats de l’année dernière en Catalogne est la nécessité de renforcer l’échange permanent d’informations entre les différents services de renseignement. « Nous devons tirer des leçons de cas comme celui-ci et les services de sécurité espagnols devraient communiquer avec nous s’ils ont des soupçons à propos de quelqu’un », a-t-il dit.

Et de rappeler que « l’Espagne a une forte communauté musulmane, y compris les convertis et ceux qui viennent d’autres pays. Toutes ces personnes doivent recevoir un encadrement religieux », ajoutant que tous les lieux de culte en Espagne sont « sous la tutelle d’une institution gouvernementale ».

En savoir plus: 

"Nous avons lancé une nouvelle stratégie pour surveiller les Marocains qui sont à l’étranger et, en fait, nous avons appelé nos homologues occidentaux à partager avec nous les données dont ils disposent", a précise Abdelhak Khiame. Et pour lui, l’un des principaux enseignements à tirer des attentats de l’année dernière en Catalogne est la nécessité de renforcer l’échange permanent d’informations entre les différents services de renseignement.

"Nous devons tirer des leçons de cas comme celui-ci, les services de sécurité espagnols devraient compter tous les Marocains qui ont sur leur territoire et communiquer avec nous s'ils ont des soupçons à propos de quelqu'un", a-t-il déclaré.

La coopération entre les services de renseignement marocains et espagnols est "excellente" et "sans échecs" selon Jiam, qui a encouragé la collaboration avec les autres pays au même niveau.

En ce sens, le directeur de la BCIJ a critiqué le fait que les services de sécurité français n’aient pas informé leurs homologues marocains d’un franco-marocain impliqué dans un attentat récent, classé dans le prétendu "dossier S" de criminels dangereux. Une information essentielle au procès de Jiam.

Des liens plus étroits avec Europol

Il a donc réaffirmé qu'il importait que son pays ait pleinement accès à la base de données policière d'Europol: "Je pense que la base de données de tout organe responsable de la sécurité en Europe, comme Europol, doit être partagée avec les pays du nord de l'Europe. L'Afrique comme le Maroc ", a-t-il déclaré.

Le Parlement européen a adopté une résolution le mois dernier recommandant que l'Union européenne (UE) signe un accord avec le Maroc pour l'échange de données personnelles.

Une source de sécurité a déclaré à Efe qu'Europol avait demandé à de nombreuses reprises au Maroc des données, mais qu'il était réticent à donner pleinement accès aux leurs parce qu'ils considèrent que leur législation sur la protection des données n'est pas adaptée à l'Europe.

Le Maroc semble l'avoir compris et étudie en fait, avec les conseils de l'Union européenne, les futurs amendements juridiques visant à adapter sa législation sur la protection des données.

Une "institution gouvernementale" qui protège les lieux de culte musulmans en Espagne

En ce qui concerne l'enquête menée en Espagne sur les attentats en Catalogne, Khiam a salué le "professionnalisme" de sa police, tout en soulignant certains sujets en suspens, tels que la nécessité de contrôler la sphère religieuse dans le pays ibérique. "L'Espagne a une forte communauté de musulmans, parmi les convertis et ceux d'autres pays, qui doivent recevoir un cadre religieux", a déclaré le directeur du BCIJ, qui a appelé à "tous les lieux de culte en Espagne". "

Quant à savoir si son corps partage des données avec la police catalane (Mossos d'Esquadra), Jiam a précisé que toute sa collaboration avec l'Espagne "transite par Madrid" et est allé plus loin: "Je suis contre la division et la diversité des services en charge de la sécurité d'un pays: pour qu'il y ait cohésion, il convient d'unifier le pouvoir de décision d'une personne ou d'un service », a-t-il déclaré.

Depuis sa création en 2015, le BCIJ a démantelé 55 cellules terroristes (presque toutes fidèles à l'État islamique) et arrêté 877 personnes au total, parmi lesquelles 21 étrangers et 18 binationales (dont deux hispano-marocains).

Par Fatima Zohra Bouaziz et Javier Otazu (édition: Catalina Guerrero) (voir l'original ici)