Opération Marhaba : A quoi servent M. Abdelkrim Benatiq et le ministère des MRE ?

L’intervention du, lundi 1er juillet, d’Abdelkrim Benatiq à la Chambre des représentants pose la question de l’utilité de son département. En effet le ministre a mentionné tous les acteurs prennant part à l’organisation de l’Opération Marhaba, à l’exception de son département. Simple oubli ou rare moment de vérité ? S'interroge notre confrére du site Yabiladi.com

L’Opération Marhaba destinée aux MRE est-elle inscrite dans la liste des attributions du ministère délégué chargé des Marocains Résidant à l'Etranger et des Affaires de la Migration ? La question mérite d’être posée. L’intervention du ministre M. Abdelkrim Benatiq, ce lundi après-midi à la Chambre des représentants, offre un étonnante réponse par ommission.

Aux questions soulevées par les groupes de députés du PJD, PAM, RNI-UC et l’Istiqlal sur les préparatifs de l’accueil des MRE pour la saison estivale, le ministre a parlé de tout sauf du rôle de son ministère. Le tribun, ancien syndicaliste, a enfumé les parlementaires dont plusieurs n’ont que peu d’expertise sur le dossier.
 

Il a ainsi récité avec confiance les éléments de communication traditionnels de l’opération Marhaba, placée sous la présidence de la Fondation Mohammed V comme pour les années précédentes. Il a également rappelé que le ministère de l’Intérieur copréside une commission conjointe avec la partie espagnole, ajoutant qu’elle a déjà tenu deux réunions.

Et d’enchainer en déroulant un long chapelet de chiffres sur le dispositif mis en place : la capacité d’accueil des MRE au port Tanger est passé de 42.000 personnes en 2018 à 47.000 cette année, la hausse du nombre de bateaux entre l’Espagne et les ports du Maroc tels que Tanger ou Nador. Des informations déjà publiées la semaine dernière par la presse marocaine.

Simple oubli ou rare moment de vérité ?

Le ministre a conclu son intervention, de seulement quatre minutes alors qu’il en avait droit à 12 pour répondre aux quatre questions, en rendant un hommage appuyé aux forces de l’ordre, aux membres de la Fondation Mohammed V ou encore aux éléments de la Douane. Les fonctionnaires de son département seront les grands oubliés de la longue dédicace. 

Mais avant de parler d’ingratitude ont-ils au moins joué un rôle dans cette opération Marhaba ? Le ministre lui-même semble autant informé sur l’opération d’accueil des MRE que n’importe quel lecteur de la presse marocaine. Plus grave encore, au paroxysme de la crise lors de la phase retour des MRE juste après l’Aïd el-adha fin août 2018, M. Benatiq était aux abonnés absents. Il en est de même pour toute la saison estivale : une présence du ministre aussi faible que son bilan. 

Depuis le 5 avril 2017 et sa prise de fonction à la tête du ministère délégué, après une longue traversée du désert de près de 15 ans, ce membre de l’USFP s’est contenté de multiplier les forums de compétences marocaines installées sur les autres continents. Des milliers d’avocats, de médecins et d’ingénieurs ont été réunis, pendant deux à trois jours dans les grands hôtels du royaume, pour traiter des thèmes de la migration, renouer avec la mère patrie et ensuite retourner vers les pays de résidence. Le 24 juin lors du passage de Saad-Eddine El Othmani à la Chambre des représentants, Mme Latifa Lahmoud, une députée du PAM, a justement dénoncé «l’approche quantitative et superficielle avec les compétences» marocaines à l’étranger.

Cette superficialité a été relevée par un autre député hier après-midi. Pointant du doigt l'inaction du ministre dans l'affaire de l'assassinat de Farid Daoudi, un Marocain qui résidait en Espagne, il n’a obtenu qu’un silence de M. Benatiq. Une discrétion qui tranche avec l’excès de communication lors du dramatique accident ayant couté la vie à un couple de MRE sur la route de Bilbao. Le ministère s’était félicité de la prise en charge des frais de rapatriement des dépouilles, alors que tout avait été géré par l’assurance des défunts et leurs familles