Emission spéciale MRE : Du Canada à la Nouvelle Zélande, comment faire face à la menace terroriste

L’émission spéciale MRE, présentée par Mohamed Ezzouak, est le fruit d’un partenariat entre Radio 2M et Yabiladi.com.

Cinquante morts. 50 belles âmes assassinées. 50 blessés. 50 innocents qui porteront dans leur chair les traces de l’horreur de ce 15 mars 2019. Un vendredi, comme chaque vendredi, ils s’étaient réunis pour accomplir la prière au sein de deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande.

Il aura fallu qu’un immigré australien vienne semer la mort, un massacre car non content de voir la Nouvelle-Zélande vivre sa diversité de manière plus apaisée que dans son pays natal, plus apaisée qu’en France, où il fût également immigré en 2017.

C’est de ce pays qu’il adoptera l’obsession du «grand remplacement» des populations occidentales par des étrangers, notamment de confession musulmane. La théorie complotiste est pourtant impossible à défendre dans le contexte néo-zélandais, où l’on compte environ 40 000 musulmans pour une population d’environ 5 millions d’habitants.

Persuadé d’être menacé, le suprémacisme blanc essaime de l’Europe vers l’Océanie en passant par l’Amérique du nord. Deux ans avant Christchurch, le 29 janvier 2017, l’attentat terroriste dans la Grande mosquée de Québec (Canada) a fait six morts et huit blessés.

Contrairement à ce que dira un journaliste du Figaro, les attentats terroristes dans les mosquées ne peuvent en aucun cas être assimilés à un «match retour», sous-entendu une réponse aux attentats terroristes de Daesh ou Al Qaïda dans plusieurs pays d’Europe ces dernières années.

S’il n’y a pas de «eux» et «nous», les musulmans versus les non-musulmans comme le voudraient tous les extrémistes, le choc des civilisations n’est en réalité qu’un choc des visions du monde : le camp de ceux qui tentent tant bien que mal de dialoguer dans le respect de leurs différences, et ceux qui, frustrés de voir leur monde s’effondrer, veulent semer le chaos pour nous entraîner tous dans leur descente aux enfers.

Si le lourd bilan des victimes des différents attentats terroristes ces dernières années nous meurtrit, l’humain en nous veut garder espoir quand il est témoin de l’élan de solidarité œcuménique que nous avons encore constaté en Nouvelle-Zélande ces derniers jours.

Invités de l’émission

Samira Laouni : Originaire de Casablanca et vivant au Québec depuis vingt ans, Samira Laouni est présidente du COR (Communication, ouverture, rapprochement interculturel). Créé en 2010, cet organisme à but non-lucratif œuvre pour le vivre-ensemble et le dialogue interculturel au Québec. Il se veut une passerelle entre les communautés pour faciliter la compréhension entre elles et rapprocher les nouveaux Québécois des anciens.

Le COR travaille à faire reconnaître la contribution positive des nouveaux Québécois à leur société d’accueil. Il encourage aussi bien les femmes que les hommes, non seulement à s’intégrer économiquement, mais aussi à s’impliquer comme citoyens. Il est désormais reconnu à titre de partenaire privé par l’arrondissement de Montréal-Nord. Du 21 au 24 mars 2019, il participe à l’organisation de la 20e semaine d’actions contre le racisme et pour l’égalité des chances.

Mohamed Abbari : Chef cuisinier vivant actuellement à Christchurch, Mohamed Abbari vit en Nouvelle-Zélande depuis 26 ans. Dans la ville qui a été visée par un double-attentat terroriste dans deux mosquées, il tient un restaurant qui emploie un nombre important de travailleurs issus de la migration. Au quotidien, il côtoie notamment des Palestiniens, des Irakiens et des Egyptiens. Il dit ne pas se laisser abattre et réfléchir à des solutions au sein de la société civile pour donner l’exemple au monde.

Membre de l’Association des chefs cuisiniers de Nouvelle-Zélande, il envisage l’organisation de l’«Islamic festival» centré justement sur la société civile, les jeunes, les enfants et le voisinage pour promouvoir des valeurs de partage et de dialogue interculturel de manière ludique, notamment à travers la gastronomie et ses traditions dans les pays de culturel musulmane.