Affaire DF de Choroknews24 ou l’arroseur arrosé

Dans cette ténébreuse affaire qui suscite des remous et de l’indignation à Brescia en Italie, et même au-delà, au sein de la communauté des marocains, à cause des agissements de D.F, qui a outrepassé toutes les limites du tolérable et de l’acceptable, le mot qui revient en permanence est celui de trahison.  Trahison des amis et de la parole donnée, trahison des créanciers et de la déontologie du métier qu’il prétend exercer ; le journalisme. Mais sa trahison du pays est la pire de toutes ces trahisons.

En effet, cet individu (D.F.), qui a fait de la diffamation un mode de conduite et du chantage un gagne-pain, a commis l’irréparable en trahissant son propre pays, le Maroc.  Il s’est acharné depuis des années à nouer les contacts les plus douteux avec des séparatistes de tout bord, du Nord et du Sud, des polisaroïdes, qui agissent contre vents et marées pour promouvoir des thèses indépendantistes dépassées et surtout pour ramasser des dons et des aides officiellement pour les camps de Tindouf alors que les milliers de marocains sahraouis séquestrés dans ces camps depuis des années n’en ont vu ni la couleur ni la saveur. Ce sont ces individus spécialisés dans le brigandage, la circulation des armes dans la zone subsaharienne et le détournement de l’aide humanitaire, qui s’assoient à la table de D.F. et assistent aux rencontres organisées en leur honneur par son association. Et ce sont ces mêmes individus qui trouvent dans le site internet Choroknews24 un espace généreux et ouvert pour leur propagande et pour faire apparaitre sous des pseudonymes des articles diffamatoires portant atteinte aux causes du Maroc et à l’honneur de diplomates et de fonctionnaires marocains qui ont identifié et dénoncé ces agissements coupables contre le Maroc et ses institutions.

Lorsque les marocains de Brescia et de la région de Lombardie, indignés et révoltés, se mobilisent pour dénoncer cette alliance et ce marché de dupes entre D.F. et les séparatistes et les ennemis de la patrie, ils sont injuriés et qualifiés de tous les noms y compris celui de « chiens enragés » ou de vendus. Et lorsque les autorités locales (Consulat, Ambassade) ou nationales exigent que cessent ces atteintes inqualifiables contre les fondamentaux du pays, ils sont diffamés et calomniés et leurs noms jetés en pâture sans qu’aucune preuve sérieuse et vérifiable puisse être exhibée. Là encore ce sont les séparatistes qui font la sale besogne sous différents noms d’emprunts. Aujourd’hui alors que D.F. est enfoncé jusqu’au coup dans la boue après avoir commis l’indéfendable, la trahison du pays, ils s’acharnent à lui fabriquer un Curriculum Vitae à la mesure de sa mégalomanie où sont énumérés des faits d’armes (au sein de l’UNEM) et des exploits journalistiques. Mais personne n’est dupe et ces manœuvres de « « réhabilitation » n’ont servi ni à donner à D.F. « une nouvelle virginité » ni à limiter les effets de la colère qui ne cesse de monter au sein de la communauté MRE de la ville et de sa région à cause de ses délires.

Cette mauvaise pièce de théâtre a assez duré. Son animateur et son principal personnage (D.F.), un tartuffe, se trouve aujourd’hui dans la posture peu enviable d’arroseur arrosé. Il prétend « laver plus blanc » et la saleté l’a rattrapé.  Il diffame tous azimuts ses compatriotes sur ordre et moyennant quelques subsides des séparatistes qui prennent sa défense sous des noms d’emprunts. Mais le mal est fait. En trahissant son pays, il a montré sa vraie nature, un maître chanteur, un traître à la patrie qui a vendu sa dignité et sa marocanité pour deux sous.

Y a-t-il indignité plus grande dans ce bas monde que la trahison de la patrie ?  

Paris le 20 juillet 2020

Auteur : Ben Nasser Abdelhaq , universitaire (Paris)