Erdogan perd son sang froid face au journaliste français ?

Dans les images liées au comportement humain, la température du sang semble avoir une très grande importance.
Ne dit-on pas de quelqu'un de très impatient ou de prêt à éclater qu'il a le sang qui bout ?
Il est donc normal qu'à l'autre extrémité de l'échelle des températures, celui dont le sang est très loin de bouillir reste zen et imperturbable.
Erdogan a-t-il vraiement perdu son sang froid ? moi je ne vois pas.