L'intervention du patron de Danone au Maroc semble avoir convaincu au moins 40 personnalités — qui lancent un appel à suspendre le boycott

Une quarantaine de personnalités marocaines appelle à suspendre le boycott qui vise la filiale locale de Danone au Maroc depuis le 20 avril. Dans un communiqué, les auteurs de cet appel — avocats, militants, économistes, sociologues, journalistes, universitaires...—, expliquent qu'il faut donner sa chance aux propositions faites par le PDG du groupe Danone, Emmanuel Faber, lors de sa visite sur place fin juin. 

Il s'était alors engagé à vendre désormais le lait frais pasteurisé à prix coûtant, à être transparent sur la structure des prix et sur la qualité des produits et à initier un nouveau modèle de gestion de la marque, en impliquant les consommateurs. 

Des propositions suffisantes au yeux des auteurs, parmi lesquels Fouad Abdelmoumni, secrétaire général de Transparency Maroc, pour qu'il soit "raisonnable de donner des signes d'ouverture". Ils proposent ainsi une suspension de 10 semaines du boycott, du 7 juillet au 14 septembre, pour donner à Danone "le temps nécessaire pour détailler et formaliser les engagements".

Les auteurs soulignent également que "la suspension pour 10 semaines pour le lait mettra plus de pression sur les deux autres marques [les stations-service Afriquia et l'eau minérale Sidi Ali, visées également par le boycott, ndlr] qui jusqu’à présent n'ont montré aucune disposition à répondre aux appels des consommateurs, ni même à les écouter."