Les avocats marocains ont la cote aux Pays-Bas

Alors que la demande de certains fruits et légumes tels que les fraises a quasiment baissé, celle des avocats marocains augmente considérablement dans le marché néerlandais, selon Abdelkader Benchagra.

Abdelkader Benchagra travaille dans le secteur néerlandais des fruits et légumes depuis des années. L'année dernière, il a créé Mister Avocado. Le principal produit de l'entreprise est l'avocat marocain. D'autres produits marocains complètent la gamme comme par exemple les premières pastèques marocaines qui arriveront bientôt. « Mais les avocats resteront toujours notre activité principale. Nous voulons bientôt commencer avec d'autres pays mais nous souhaitons d'abord nous faire un nom avec nos avocats marocains ».

« Mes partenaires marocains disposent d’un vaste réseau de producteurs. Nous n’avons pas seulement notre propre culture. On achète aussi des parcelles agricoles entières. Nous récoltons, emballons, trions, refroidissons et exportons ensuite les avocats. Nos collaborateurs s’occupent de tout, de l’arbre à la livraison aux Pays-Bas. Nous n’emballons que les produits réellement adaptés à l’exportation », explique Abdelkader, qui a un bureau à Ridderkerk. « Nous nous concentrons davantage sur les partenariats et les affaires à long terme, plutôt que sur le commerce quotidien des avocats ».

« La saison s’est caractérisée par d’énormes fluctuations. En décembre, le produit a d’abord été cher, puis le marché s’est effondré. A partir de janvier, il a été assez stable. Nous nous sommes arrêtés à la fin du mois de mars. Cela était dû à la crise du coronavirus et au démarrage d’autres pays d’origine ».

Des avocats de qualité

La culture de l’avocat marocain offre un excellent potentiel de croissance, affirme l’importateur. « Du point de vue climatique, le pays est au même niveau que les avocats espagnols. Le Maroc est un acteur attrayant pour le marché européen. La saison commence juste au moment où celle de Chili est terminée et celle du Pérou est sur le point de commencer. Cela correspond souvent à des pénuries sur le marché. Ensuite, les avocats marocains sont très demandés. Nous nous concentrons maintenant principalement sur les grossistes. Mais, à l’avenir, nous voulons aussi approvisionner les supermarchés », déclare Abdelkader à Freshplaza.

« Du Maroc, l’approvisionnement du champ au supermarché se fait en une semaine. C’est un grand avantage par rapport au produit sud-américain. Les personnes qui comparent les produits uniquement en fonction du prix doivent certainement être déçus ; les avocats marocains sont plus chers que, disons, les avocats kényans, mais il n’y a pas de comparaison possible ».

Selon Abdelkader, le marché de l’avocat est loin d’être saturé. « La consommation continue de croître énormément. Les gens apprécient les caractéristiques saines du produit. Il a également de nombreuses utilisations. Son potentiel de croissance est donc encore énorme ».