Le nombre des célibataires augmente au Maroc

Le 11.11, bref le 11 novembre, est la journée mondiale des célibataires. 

Le rapport du Haut-commissariat au Plan publié il y a quelques jours, intitulé « Population et développement au Maroc », a révélé de nombreux changements dans le système familial marocain au cours des dernières années, ainsi que des changements en termes de fécondité et de mariage.

Selon le même rapport, l’âge du mariage dans la société marocaine a considérablement changé: l’âge moyen de mariage est passé à 31,9 ans pour les hommes et à 25,5 ans pour les femmes jusqu’en 2018, ce qui indique une tendance des Marocains à retarder le mariage.

L’un des changements les plus significatifs de la société marocaine dans ce contexte est le phénomène croissant du célibat dans la communauté, où 35% des femmes marocaines n’ont jamais été mariées, dont 24% entre 30 et 34 ans. 11% ont entre 45 et 49 ans, selon le rapport.

Il  a également souligné que les taux de fécondité des familles marocaines, ont connu une baisse importante en 2014, passant à 2,21 enfants par femme marocaine. Ce taux est passé à 2,38 enfants par femme en 2018, mais reste globalement inchangé. Le taux était aussi faible que lors des périodes précédentes, alors qu’il était de 7 enfants par femme en 1960.

Ces données indiquent que la plupart des familles marocaines se contentent de deux enfants, ce qui en fait un « quatuor » composé d’un père, d’une mère et de deux enfants, et suit ainsi les traces des sociétés occidentales, qui ont atteint le stade des « triples » familles de parents et d’un enfant.

La baisse des taux de fécondité est due au fait qu’une grande partie des familles se tournent vers la contraception. En effet, 70,7% des femmes marocaines utilisent actuellement des contraceptifs pour éviter les naissances, conclut le rapport.