La jeunesse marocaine donne de la voix au Sommet mondial du PGO

La jeunesse marocaine a été à l’honneur, à Ottawa, lors du Sommet mondial du Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO), marqué vendredi soir par un débat passionné autour de la démocratie participative et citoyenne.

Des acteurs et des interlocuteurs de la société civile mondiale ont contribué aux discussions sur le processus du gouvernement ouvert et son apport en termes d'ancrage des principes démocratiques et des traditions du dialogue, d'interactivité et d'inclusion en direction des jeunes.

La jeune Marocaine Chaimae Bourjij fait partie d’un groupe de vingt acteurs associatifs sélectionnés des quatre coins de la planète par le gouvernement fédéral du Canada pour représenter la jeunesse mondiale au Sommet du PGO.

Elle a présenté, vendredi soir lors de la cérémonie de clôture de ce sommet, les recommandations des jeunes, fruit d'un travail intense. Elle s'est réjouie de voir le sommet d'Ottawa servir au lancement d'un Collectif des jeunes pour le gouvernement ouvert, précisant qu'il s'agit "d'une initiative planétaire faite par et pour les jeunes en vue de mieux s’impliquer dans le processus du PGO".

"Par des démarches de cette envergure, nous incitons les gouvernements à s'ouvrir plus résolument sur la jeunesse et, en même temps, nous encourager à faire notre part de travail et à pousser les décideurs à accepter la voix des jeunes générations", a souligné Chaimae Bourjij.

Abordant les acquis réalisés sur le registre de l'inclusion des jeunes au Maroc, cette militante associative a affirmé que la situation aujourd'hui laisse grande ouverte la voie pour une plus grande participation de la jeunesse sur des dossiers de portée stratégique.

Les jeunes, a-t-elle estimé, peuvent apporter leur pierre à l’édifice en vue de concrétiser des objectifs en matière de renforcement de la transparence budgétaire, de lutte contre la corruption, d’accès à l’information et de participation citoyenne en général.