Covid-19/Maroc : Plusieurs quartiers fermés à Casablanca

Depuis le début de la pandémie du coronavirus au Maroc, Casablanca a toujours été considérée comme la ville la plus touchée par la maladie. Lors des 24H allant du mardi 16h à mercredi 13 mai 16h, la métropole a enregistré à elle seule 62 cas parmi les 94 cas détectés à l’échelle nationale, suite notamment au non respect, observé depuis un moment déjà des consignes de prévention. Les autorités ont donc réagi en donnant un sérieux tour de vis.

(Hespress) - En effet, dans la journée du mercredi 13 mai, les autorités publiques de la métropole ont procédé à la fermeture de plusieurs quartiers un peu partout à Casablanca, notamment le grand boulevard Al Qods ou encore Zerktouni qui ont connu, à l’instar d’autres quartiers, une circulation anormale pendant ce mois de Ramadan, contrairement au début de la période de confinement.

» En temps normal, Bd Al Qods est très vivant, très animé. Mais depuis le début du confinement, et la psychose qui s’est installée chez les gens, le boulevard a été déserté. Cependant, et depuis le début du mois sacré, il y a eu un mouvement anormal. Le boulevard s’est à nouveau rempli, les souks et grandes surfaces ont été envahis et les gens ont commencé à sortir comme si de rien n’était, comme si on avait dépassé la crise alors qu’on enregistre toujours autour de 100 cas par jour. Pour moi, la réaction des autorités est justifiée, même si elle vient un petit peu en retard« , confie à Hespress Fr une habitante du quartier.

D’après plusieurs sources concordantes à la circonscription de Ain Chock, la fermeture du Boulevard Al Qods, est intervenue suite à la hausse des cas enregistrés mais également suite aux funérailles organisées à Ain Chock après le décès d’un jeune, ce qui a mis à mal toutes les mesures de prévention et sensibilisation prises par les autorités locales.

D’ailleurs, et selon une note du ministère de l’Intérieur, le chef de l’annexe administrative Ain Chock, a été suspendu dans l’attente des résultats de l’enquête administrative diligentée, suite à la « non-intervention » des représentants des autorités locales pour faire appliquer les mesures édictées dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire.

Un peu plus au centre de la ville blanche, le grand boulevard Zerktouni a également été fermé par les autorités publiques suite au trafic élevé qu’il a connu ces derniers jours, malgré la prolongation du confinement jusqu’au 20 mai par le gouvernement, et devant l’inconscience totale de quelques citoyens qui se sont permis de sortir faire les courses « en famille » même, selon plusieurs témoignages récoltés par Hespress Fr, « ou profiter d’une balade en voiture”, risquant ainsi leur vie et celles des autres.

Selon un casablancais de 63 ans habitant Zerktouni, «  il était temps ».  » Sincèrement, je commençais à avoir peur. Au début, les gens respectaient le confinement et Bd Zerktouni était presque vide. Je l’avais jamais vu aussi vide que ça. Mais il y a un moment, il a vite été envahi par les voitures comme si l’école avait repris (rire). Même le soir, des personnes irresponsables se permettaient de venir faire la course au Bd, et je me demandais où étaient passées les autorités. Là elles ont fermé le Bd, c’est une bonne chose, mais ça devait se faire un peu plus tôt puisque là je me demande si ce n’est pas trop tard car il y a un bruit qui court sur la prolongation du confinement. Et je ne veux pas subir les conséquences des actes d’autrui, alors que moi j’étais bien confiné chez moi« , déplore le sexagénaire.

Un autre habitant de la métropole âgé de 47 ans, toujours en activité malgré le confinement, était pareillement surpris ce matin du jeudi 14 mai, de ne pas pouvoir passer Boulevard Zerktouni, pour se rendre à son travail malgré son attestation de déplacement et a dû faire un énorme détour pour s’y rendre, nous signalant par la même occasion que Boulevard la Résistance est entièrement fermé jusqu’au Port de Casablanca.

Sur la toile, les internautes n’ont pas manqué d’exprimer leur opinion sur la situation. Dans un poste sur la page « Save Casablanca » qui montrait à travers des photos Boulevard Al Qods fermé par les autorités, un internaute a écrit : » Défaut de quelques mentalités qui ont poussé l’Etat à faire ces démarches de sécurité qui sont en premier et en dernier pour notre bien. Il y en a mare de ces -vaches- qui ne veulent pas comprendre la gravité de la situation« .

Pour un autre internaute, « Il fallait boucler les quartiers à forte densité démographique et mettre des véhicules militaires blindés pour instaurer le respect strict du confinement et contrôler les mouvements de la foule« ‘ tandis qu’un autre a écrit : « C’était prévu suite aux dérapages et l’inconscience total des personnes qui se sont déconfinées elles-même depuis 48h. L’irresponsabilité Amer« .

Casablanca n’est pas la seule ville à subir la fermeture du quartier. Un jour avant, les autorités de la capitale ont également verrouillé plusieurs quartiers de la capitale Rabat, notamment quartier “Takadom« , ou encore « Nahda » interdisant ainsi l’accès ou la sortie de la ville même pour ceux ayant le document de déplacement.