Tribune

mercredi, 24 mai 2017 06:44

Ces pauvres qui agacent la Tunisie des nantis

Écrit par

Les pauvres agacent les falsificateurs de l’histoire, les promoteurs de la grandeur virtuelle de la Tunisie. Ils ne sont plus méritants et reconnaissants des bienfaits qui leur sont accordés. Voilà qu’ils se mettent à ne plus supporter leur misère, à revendiquer, à dénoncer les injustices, les abus de pouvoir et le déséquilibre du développement régional.

samedi, 20 mai 2017 06:23

Maroc : les leçons d'Al Hoceima

Écrit par

La mobilisation dans la ville d'Al Hoceima ne s'estompe pas depuis octobre dernier. La ville a connu une nouvelle manifestation d'ampleur hier jeudi. Mais alors que les revendications des manifestants sont à caractère social et économique, l'Exécutif ne semble pas encore prendre la mesure des enjeux et privilégie l'approche sécuritaire. Lecture des leçons édifiantes d'une fronde qui épouse les aspirations de la jeunesse marocaine.

Depuis des semaines, nous sommes des millions en Tunisie, en Algérie, au Maroc, en Mauritanie, et même en Libye, et, finalement, dans toute l'Afrique, à suivre la campagne présidentielle.

Le Maroc a son prolongement dans le monde et plus particulièrement en France où plus d’un million de Marocains de différentes croyances et confessions y vivent.
Les nouvelles qui nous parviennent de la France sont plus qu’inquiétantes. Contrairement à 2002, un parti xénophobe, raciste, antisémite et islamophobe pourrait gagner les élections présidentielles.

dimanche, 30 avril 2017 08:46

L’avènement de Macron

Écrit par

En se référant à l'Institut Montaigne, un  think tank ("réservoir d'idées") français dont l'objectif est de concilier les enjeux de compétitivité et de cohésion sociale, Dominique Moisi se félicite de la première position d'Emmanuel Macron au premier tour de l'élection présidentielle. D'inspiration libérale, l'Institut Montaigne est présenté avec la moitié de ses membres situés à droite et l'autre moitié à gauche. Au début de sa création, le mouvement En Marche était domicilié chez l'un des responsables de cet Institut.

Omar Mahmoud Bendjelloun, avocat aux barreaux de Rabat et de Marseille, demande aux quelques 750 Français vivants au Maroc ayant voté Marine Le Pen au premier tour des élections présidentielles françaises, de ne pas oublier les citoyens de leur pays d'accueil et de les respecter en ne votant pas pour le Font National.

La presse marocaine en bruissait avec plaisir : le Roi devait rencontrer Donald Trump, le président des Etats-Unis. Certains s'en félicitaient ouvertement, d'autres s'étonnaient de ce qu'ils considéraient comme une compromission avec un président contesté. Finalement, il y a eu beaucoup de bruit pour rien, car la rencontre n'a pas eu lieu. Cette courte mésaventure est largement exploitée par la presse algérienne contre le Maroc et son Souverain.

Plaise au Président du tribunal Constitutionnel du Royaume du MAROC:

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Magistrats,
Jamais les MDM appelés d'usage MRE n'ont présenté un seul corps ferme et solide de constitution et de droits constitutionnels, voir universels les concernant et les rassemblant en force vive d'union patriotique, autour de projets structurants à côté de leurs frères et sœurs restés au pays. Il a fallu du temps et de plusieurs formes de militantisme patriotique, politique et syndical, auparavant accompagné de plusieurs réformes constitutionnelles, pour arriver au vote du référendum historique de la réforme constitutionnelle de 2011. Ce dernier, a connu une participation massive des MRE dans différentes circonscriptions consulaires du monde, approuvant ainsi l'adoption de cette nouvelle constitution où ils se retrouvent considérés de plein droit à travers quatre articles qui leur sont spécialement dédiés des 180 articles de cette nouvelle constitution 2011 (Titre I, articles 16,17, 18 et art.163, 164).

Cela coule de source. La sollicitude que SM le Roi témoigne aux Marocains installés à l’étranger (MRE) est réelle et indiscutable. Personne n’en doute. Aussi, lorsque les premiers mots du Ministre chargé des affaires MRE rappellent cette évidence, il fait du La Palisse (1470-1525). Le rapport qui lie les MRE à la mère-patrie et à leur Souverain n’a besoin ni de structure ni d’intermédiaire, fusse un Ministre délégué pour se consolider et se perpétuer. Mais, ce qui mérite d’être revu et corrigé par le nouveau Ministre, c’est la manière dont sont traitées leurs affaires et la violence avec laquelle sont reniés leurs droits civiques depuis des décennies.

jeudi, 30 mars 2017 12:17

Lettre à Sâad Eddine El-Othmani

Écrit par

Il n’y a pas de formule plus explicite pour marquer la déférence à votre personne et l'admiration pour le travail que vous venez d’accomplir, Monsieur le chef du gouvernement, que cette vieille formule du XVIIe siècle : Chapeau bas, Monsieur.

Durant cinq mois, tout un pays a été soumis, contre son gré, à un scénario politico-tragique dont rien ne semblait pouvoir arrêter l’emballement et limiter les effets néfastes sur les intérêts supérieurs de la Nation. L’entêtement et l’indécision  des uns ont rendu l’obstruction et la rancœur des autres radicales et préjudiciable au fonctionnement du système institutionnel. Il fallait donc un miracle, une force, une  puissance hors pair, pour mettre fin à ce scénario. Et  ce qui devait arriver arriva le 17 mars et l’espoir naquit de nouveau.

A nos anciens combattants : "Nous n’oublierons jamais"
Publié le 15 mai 2012

Le hasard a voulu que je sois invité, en 2006, à la cérémonie de commémoration du 90ème anniversaire de la « Bataille de la Somme » (Nord de la France) ; inscrite dans les annales militaires comme l’une des batailles les plus meurtrières qu’a connue l’Europe (1.060.000 victimes, 442.000 morts ou disparus). Je garde de cette visite, et de celles qui ont suivi, un souvenir indélébile.

Des centaines de volontaires se sont mobilisés pour sauver des Baleines-pilotes échouées (le 10 février au matin) sur une plage (Farewell Spit) de la Nouvelle-Zélande. Au même moment une chasse à l’Immigré est déclarée aux Etats Unis sur ordre du président Trump. Ces deux faits donnent à réfléchir non pas sur la dimension métaphysique de la création et des créatures, mais sur ce que l’Immigré est aujourd’hui.

Écrite quelques jours avant que les déclarations d'Emmanuel Macron à Alger sur « la colonisation, crime contre l'humanité » ne soulèvent quelques polémiques en France, cette contribution du Professeur Abderrahmane Mebtouol, expert international, nous livre un éclairage toujours actuel sur le «  co-partenariat gagnant-gagnant  » entre les deux pays, ainsi que sur les dispositions par lesquelles l'Algérie pourra surmonter ses difficultés actuelles.

Communiquer vient du mot latin communicare et signifie "mettre en commun". Vivre c'est communiquer car nous sommes tous des êtres sociaux. Pas de vie personnelle, professionnelle ou sociale sans paroles ni échanges. La communication permet donc de partager, séduire, informer, rassurer et convaincre.

Page 1 sur 18