L'œuvre d'un artiste marocain pour rendre hommage aux victimes des attentats de Paris et de Bruxelles

L'artiste marocain Mustapha Zoufri vient de réaliser un monument qui sera érigé en hommage aux victimes des attentats de Paris et de Bruxelles. Il a choisi un lieu symbolique pour l'installation de son œuvre : la commune bruxelloise de Molenbeek où résidaient l'un ou l'autre des terroristes arrêtés.

Ce monument, intitulé "La flamme de l'espoir", a été réalisé en partenariat avec le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME) et la commune de Molenbeek Saint-Jean, rapporte l'agence officielle MAP.

Conçue en acier inoxydable sous forme d'un parallélépipède de 2m70 de hauteur sur 1m25 de largeur, l'œuvre de Mustapha Zoufri est constituée d'une superposition de mots, un langage imaginaire et abstrait. Elle sera installée début novembre devant le siège de la commune de Molenbeek, considérée comme la plaque tournante belge du terrorisme islamiste.

"Cette sculpture était prévue initialement pour célébrer les 50 ans de l'immigration marocaine, puis il y a eu les attentats de Paris et ceux de Bruxelles qui nous ont plongé dans une tristesse infinie", a confié l'artiste à la MAP.

 

"Molenbeek a souffert depuis ces attentats"

"Je vis dans cette commune depuis très longtemps. Molenbeek a souffert depuis ces attentats et ce monument est un hymne à la vie", selon l'artiste marocain qui défend un art qui "ne doit pas rester dans les galeries mais servir d'expérience et de message aux jeunes". Ce monument est, selon lui, ''une façon de dire non au terrorisme, non à ces jeunes égarés qui se radicalisent et commettent des crimes contre des innocents".

Lauréat de l'Académie royale des beaux arts de Bruxelles et de l'Ecole supérieure des arts visuels de Mons, Mustapha Zoufri, 57 ans, a beaucoup travaillé sur la mosaïque mauresque et arabo-musulmane, en particulier sur la naissance des formes via l'exercice géométrique et arithmétique.

Il s'est ensuite, penché sur l'abstraction lyrique, influencé en cela par Gérard Schneider, Matisse, Paul Klée, Kandinsky, Miro ou encore Belkahia. Quand il n'est pas au chevet de ses lettres, de ses toiles, il s'adonne à la sculpture et la gravure notamment. "La flamme de l'espoir" lui a demandé plus de six mois de travail et une tonne d'acier.

 

Media