La calligraphie arabe, un art ancestral toujours d'actualité

La calligraphie arabe constitue "un patrimoine commun à tout monde arabe et musulman" et renvoie à l'Histoire et la civilisation de la nation musulmane a indiqué jeudi à Constantine le calligraphe égyptien Mahmoud Ferhat.

 

Intervenant lors d'un atelier organisé au palais de la Culture Malek- Haddad, dans le cadre de la 7ème édition du Festival international de la calligraphie arabe, inscrite, cette année, parmi les activités de la manifestation ''Constantine, capitale 2015 de la culture arabe'', M. Ferhat a précisé que la calligraphie, qui repose sur "la portée significative de la lettre, du mot et de la phrase'' constituent "un précieux repère".

Il a mis en valeur, à travers des exemples pratiques, la lettre, le mot et la phrase arabes, soulignant "les approches fondamentales de l'art de tracer les lettres au Qalam en mettant en avant les dimensions esthétique et artistique de la calligraphie".

Soulignant qu'il s'agit-là d'un art ancestral, M. Ferhat a indiqué que les sources d'inspiration du calligraphe sont "multiples et diversifiées", relevant, dans ce contexte, que l'environnement et la nature donnent "un sens très profond à l'art de la calligraphie".

 

De son côté, Zoubeida-Jihane Iziener, enseignante universitaire en architecture, a indiqué à l'APS que le musée de la calligraphie à Istanbul (Turquie) renferme "une des plus riches et des plus grandes" collections de calligraphie dans le monde, avec des oeuvres calligraphiques à écriture Indienne, Maghrébine, Naskhi et Kouffi de plusieurs sultans de la Sublime Porte et des plus grands calligraphes du monde musulman.
Mme Iziener, affirmant que cet art est "en plein épanouissement" en Turquie, a indiqué qu'une importante exposition dédiée à la calligraphie a été organisée l'année dernière au musée Sainte-Sophie regroupant des œuvres de calligraphes aussi célèbres qu'Ali Toy et Hadsan Chalabi qui représentent le mieux les deux écoles de Turquie.

Inauguré lundi dernier par la ministre de l'Education nationale, le 7ème festival international de la calligraphie arabe, qui se poursuivra jusqu'à dimanche prochain, regroupe près de 120 artistes de renom, algériens et d'autres venus de 24 pays dont l'Irak, l'Iran, la Chine, le Koweït, la Turquie, la Syrie, l'Arabie Saoudite, le Pakistan, et l'Azerbaïdjan.

 

Plus de 200 œuvres de calligraphes algériens et étrangers sont exposées représentant autant d'œuvres artistiques inspirées des écoles classique et moderne et réalisées dans différents styles d'écriture, Maghribi, Tuluth Koufi et Naskh, a indiqué à l'APS le commissaire du festival, Mustapha Benkahla.
Parallèlement au festival, un concours international de la calligraphie arabe "récompensant les trois meilleures œuvres de deux styles de calligraphie, le classique et le contemporain'', a expliqué M. Benkahla, ajoutant qu'un jury composé de cinq membres sélectionnera les lauréats.

Le commissaire du festival a également précisé que cette édition met à l'honneur "la richesse, l'authenticité et l'esthétisme de la calligraphie maghrébine".

Des conférences ayant trait à la calligraphie sont tenues en marge du festival par des spécialistes venus, entre autres pays, d'Inde, du Nigéria, de France, du Soudan et du Sultanat d'Oman, tandis que des ''ateliers ouverts'' seront organisés pour échanger les expériences et établir des contacts entre artistes.

 

Texte : source APS

 

Pour connaître les différents styles de la calligraphie arabe, c'est ici.

Pour en savoir plus, c'est ici.