vendredi, 29 décembre 2017 00:37

Nancy 2018 : Les automobilistes devront rouler moins vite ou prendre le vélo

Écrit par 

La ville de Nancy va généraliser les zones 30km/h et donner plus de places au vélo. Une mini-révolution pour les habitants de la cité meurthe-et-mosellane qui sont 30% à se déplacer en voiture.

 

Mini révolution en vue pour les automobilistes, cyclistes et piétons dans les rues de la métropole de Nancy dès 2018 et jusqu'à la fin du mandat du maire (UDI) Laurent Hénart. Thierry Couloum, adjoint au Stationnement, à la Circulation et aux Parkings, explique « nous allons généraliser les zones 30km/h dans toute la ville là où c'est possible » annonce-t-il à Lorraine Actu, jeudi 28 décembre 2017. Il ajoute : Dans le cadre du développement du Programme de déplacement urbain, on va généraliser dès 2019 les zones 30 dans toute la ville. En tout cas là où c'est possible. Sur les grands boulevards à plusieurs voies et les rampes d'accès à la métropole, ça ne sera pas effectif.

 

70% du centre-ville déjà en zone 30km/h

D'après l'élu, environ 70% du centre-ville de Nancy est déjà soumis à cette vitesse réduite. « Cela va nous permettre de développer la place du vélo en ville » explique M. Couloum. Dès 2019, des rues supplémentaires seront en double-sens voiture-vélo. « L'usage du vélo va exploser ces prochaines années à Nancy », espère l'adjoint au maire.

Pour les usagers des deux-roues, 2018 sera leur année. La ville de Nancy veut développer l'arrivée de nouvelles solutions de mobilité. Elle copie ainsi Metz. Les vélos Stan avec stations gérées par l'opérateur JCDecaux ne seront plus seuls. Des acteurs privés qui proposent des vélos sans borne à partir de 0,50 centimes les 30 premières minutes vont arriver.


Comme à Metz (ici place de la Comédie)Les vélos sans bornes arrivent début 2018

Pour Thierry Couloum, « les actuels vélos Decaux ne répondent plus à tous les besoins de la métropole » qui doit dépenser 700 000 euros par an pour leur fonctionnement. Toutes les villes veulent tester ces vélos sans bornes. Nancy veut aussi expérimenter ce nouveau concept. Nous allons réfléchir aux zones pour les déposer. Si ce modèle peut se substituer aux actuels VéloStan, alors on ne renouvellera pas le contrat avec Decaux. Il coûte beaucoup d'argent à la métropole et ne propose pas une solution de mobilité à tous les habitants. Avec ces futurs vélos sans bornes, les utilisateurs de Maxéville, Laxou ou encore Vandoeuvre-lès-Nancy pourront en profiter. « Actuellement il y a surtout des stations dans Nancy et deux à chaque bout de l'agglomération, ce n'est pas suffisant » estime M. Couloum.

La société Indigo a annoncé qu'elle proposera ses vélos au premier trimestre 2018 à Nancy après un lancement récent à Metz et à Reims.

 

Un habitant de Nancy sur deux se déplace à pied

Dans la métropole de Nancy, 50% des déplacements se font à pied, 30% en voiture et 15% en transports en commun. Le reste se partage entre le vélo ou la trottinette. "Nous ne souhaitons pas développer le tout voiture, le tout piéton ou le tout cycliste. Je suis étonné de la stratégie de Paris par exemple. Ici nous voulons que tout le monde puisse circuler. Nancy a l’objectif de l’apaisement des modes de transport." L’adjoint au maire assure que « certaines rues du centre-ville peuvent devenir piétonnes » mais qu’il « n’est pas question de se passer de la voiture en centre-ville » comme à Strasbourg par exemple.

Les prochaines années seront sans conteste celles du changement pour se déplacer à Nancy. Sans compter le gigantesque chantier du tram qui attend les habitants jusqu’en 2023..