jeudi, 14 décembre 2017 22:26

Solidarité nancéenne avec Al Qods, la Jérusalem de toujours

Écrit par  Guy PERRIER

Un peu plus de cent personnes ont manifesté ce mercredi à Nancy pour que Jérusalem ne devienne pas la capitale contestée de l'État d'Israël.

À l’appel de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS) de Lorraine Sud, plus de cent personnes se sont rassemblées, malgré le froid et la pluie, place Maginot mercredi 13 décembre, pour manifester contre la reconnaissance le 5 décembre 2017, par le Président des États-Unis, de Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël. Dans un tract distribué au public, l’attention a été attirée sur le fait que cette décision est une violation du droit international qui ne reconnaît en aucun cas l’annexion de Jérusalem décidée en 1980 par l’Etat d’Israël. De plus cette décision de Donald Trump conforte le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou dans sa volonté de poursuivre la colonisation à Jérusalem Est malgré les condamnations verbales et répétées du gouvernement français, avec pour conséquences, humiliation et souffrance des Palestiniens considérés comme des étrangers dans leur propre pays par l’État d’Israël.

Les participants se sont rendus en cortège jusqu’à la place Stanislas devant la préfecture tout en scandant le slogan du jour « Israël casse-toi, la Palestine n’est pas à toi !». Il faut dire que les jeunes constituaient la majorité du cortège. Une délégation a été reçue par un représentant du prréfet de Meurthe et Moselle. Patrice Klis, le président de l’AFPS de Lorraine Sud qui conduisait la délégation, a demandé que soient transmises au gouvernement français les principales revendications des manifestants, à savoir :

· La reconnaissance sans délai de l’État de Palestine

· La demande de sanctions contre l’État d’Israël afin qu’il respecte le droit international

· Une exigence de la libération du franco-palestinien Salah Hamouri, injustement emprisonné en Israël

Guy PERRIER