mardi, 05 septembre 2017 20:29

SNCF : colère des usagers face à l'énorme augmentation des tarifs régionaux

Écrit par 

Pour un scandale, c'est un scandale qui ne fait pas honneur à la région Grand Est. Les tarifs des trains régionaux sont en forte augmentation. Et les usagers ne l'acceptent pas.

Surprise ! Jusqu'au 1 er septembre le billet aller Nancy - Metz coûtait 7,5 euros grâce à la tarification TER avec le soutien de la Région Lorraine. Aujourd'hui, le tarif est passé à 11,50 euros pour le même trajet, soit plus de 50 % d'augmentation. C'est inadmissible clament en choeur les usagers et ils ont bien raison.

Pour la rentrée, les tarifs des trains régionaux ont augmenté de 40% en moyenne selon la FNAUT Grand Est (la Fédération nationale des associations d'usagers des transports). Par exemple : pour un trajet en semaine et sans carte entre Thionville et Remiremont, vous passez de 10,50 à 30,40 euros. Soit une augmentation de 189%, toujours selon les calculs de la FNAUT.

Pour le trésorier de la Fédération Gabriel Humbert, "plus on fait de kilomètres, plus l'augmentation est importante." "Ceux qui trinquent le plus, ce sont les occasionnels, ceux qui n'ont pas de carte. En fait, si vous ne prenez pas le train régulièrement, l'augmentation est massive."

Pourquoi ce coup de massue ? Cette année, la région Grand Est a décidé d'harmoniser ses anciens tarifs. La Lorraine s'aligne donc (le plus souvent, à la hausse), sur la Champagne-Ardennes et l'Alsace. Notez que les prix initiaux étaient toujours plus bas en Lorraine que chez ses voisins. De quoi regretter cette fusion et de militer pour le retour à l'état antérieur. De quoi regretter d'avoir voter pour Richert, l'actuel président de région ! Bref, la colère teintée de déception est grande.

Une hausse des tarifs qui pèse sur le budget à tel point que certains jeunes voyageurs renoncent désormais à prendre le train. Héloïse est étudiante en géographie et selon elle : "c'est n'importe quoi." "Je suis à Metz et je vais devoir arrêter de voir mes potes à Nancy. Les prix ont doublé. C'est impossible, je n'ai pas les moyens."

Honte à Richert, Honte à la Région Grand-Est, Honte à la SNCF