vendredi, 11 août 2017 08:10

L'Espagne, nouvelle porte d'entrée des flux migratoires en Europe

Écrit par  Avec AFP et AP

Des migrants qui débarquent en plein jour sur la plage au milieu des touristes ou qui se font transporter en jet-ski : l’Espagne pourrait cette année dépasser la Grèce en nombre d’arrivées par la mer.

Le flux migratoire augmente aussi aux deux frontières terrestres de l’Union européenne au Maroc, sur les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla, sur la côte.

Mercredi, des dizaines de migrants ont débarqué au milieu des baigneurs sur la plage andalouse de Zahara de los Atunes, près de Cadix dans le sud de l’Espagne, après avoir franchi le détroit de Gibraltar.

D’après un bilan au 6 août de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), 8183 migrants ont débarqué en Espagne depuis le début de l’année. C’est plus du triple qu’à la même période de 2016 — quelque 2500 — et plus que le total d’arrivées sur toute l’année dernière, a déclaré à l’AFP Joel Millman, porte-parole de l’OIM.

Ces chiffres restent loin de ceux de l’Italie — plus de 96 400 migrants ont débarqué depuis le début de l’année par la mer — mais l’Espagne est en voie de rattraper la Grèce, où 11 713 personnes sont arrivées par la mer sur la même période. « L’Espagne pourrait dépasser la Grèce cette année. Ce serait un grand changement », a déclaré Joel Millman.

Les migrants, pour beaucoup venus de l’Afrique de l’Ouest, semblent vouloir éviter la Libye, livrée aux milices. « Nous supposons que la route qui longe la côte pour remonter vers le Maroc est considérée comme plus sûre », a ajouté le porte-parole.

Mais depuis le début de l’année, 120 migrants sont morts en tentant la traversée vers l’Espagne, contre 128 pour l’ensemble de 2016, selon l’OIM.

Les tactiques des passeurs sont différentes. En Libye, ils embarquent leurs « clients » à 100 ou 150 par embarcation. « Ils semblent délibérément surcharger les bateaux, qui prennent l’eau tout de suite, et les passagers doivent s’efforcer d’obtenir de l’aide au plus vite », explique Joel Millman. En revanche, pour traverser les quelque 18 km du détroit de Gibraltar, « la tactique est d’employer de plus petits bateaux dans l’espoir de déjouer la surveillance, et évidemment certains y parviennent ».

Pour faire face à ce nouvel afflux de migrants, la Croix-Rouge espagnole a renforcé le nombre de volontaires dans les principaux ports d’Andalousie où ils sont débarqués, ainsi qu’à Ceuta, a indiqué à l’AFP le responsable des urgences de l’organisation, Inigo Vila.

« Certains arrivent à bout de forces, parfois ils se sont perdus, ou ont perdu le moteur de l’embarcation, sont restés sans eau ni nourriture… Parfois ils sont brûlés par le soleil ou le carburant, dit-il. 90 % d’entre eux sont des hommes de 18 à 40 ans originaires de l’Afrique subsaharienne. »

 

Alors qu'ils bronzaient sur une plage de Cadix, dans le sud de l'Espagne, des estivants ont vu à leur plus grande surprise un groupe de plusieurs dizaines de migrants débarquer et courir sur le sable, avant de s'évanouir dans la ville.

Le 10 août, l'agence Associated Press (AP) a relayé une vidéo amateur filmée par un baigneur sur une plage de Cadix, dans le sud de l'Espagne. On y voit des dizaines de migrants sauter d'un bateau pneumatique et courir pour rejoindre la ville, au milieu de la foule stupéfaite.

Selon des témoins interrogés par AP, le groupe s'est rapidement volatilisé, bien avant l'arrivée de la police. Les autorités espagnoles n'ont livré aucun commentaire à la presse. 

L'arrivée soudaine de migrants sur la plage, en plein jour et au milieu des baigneurs, est plutôt rare en Espagne. En revanche, des passages en force à la frontière se produisent régulièrement dans les enclaves espagnoles au Maroc de Melilla et Ceuta.

Le 7 août dernier, près de 187 migrants sont ainsi entrés à Ceuta après avoir forcé la frontière maroco-espagnole. Ils ont été arrêtés et placés dans un centre de séjour temporaire. (AP)

 

Media