France : un 14 juillet avec tambours et trompettes

Le président américain, Donald Trump, a assisté vendredi en invité d'honneur au défilé du 14 juillet, sur les Champs-Élysées, aux côtés du président Macron.

 

Donald Trump a assisté ce vendredi au défilé du 14 juillet sur les Champs-Élysées aux côtés du président français Emmanuel Macron. La patrouille acrobatique de l'US Air Force et deux avions de chasse furtifs américains F-22 ont ouvert la parade aérienne, aux côtés de la patrouille de France. Le défilé à pied, qui coïncide avec le centenaire de l'entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale, a débuté avec des «Sammies» - surnom des soldats de l'Oncle Sam engagés dans le conflit - en costume d'époque.

Les deux présidents côte à côte dans la tribune officielle, avec leurs épouses Melania et Brigitte se sont levés pour saluer les militaires américains. Donald Trump, leur «commander in chief», s'est mis au garde à vous, puis tous les officiels sont restés debout et ont régulièrement applaudi les troupes. Plus de 3 700 militaires français à pied, ainsi que 211 véhicules dont 62 motos, 241 chevaux, 63 avions et 29 hélicoptères participaient à la grande parade sur la plus célèbre avenue parisienne, sous les yeux d'une foule de badauds.

 

«Rien ne nous séparera jamais» des États-Unis

À l'issue de ce défilé, Emmanuel Macron a prononcé une brève allocution solennelle depuis la tribune présidentielle. La France a trouvé dans son histoire des «alliés sûrs, des amis qui sont venus à notre secours. Les États-Unis d'Amérique sont de ceux-ci, c'est pourquoi rien ne sous séparera jamais», a déclaré le chef de l'État français au côté du couple présidentiel américain.

«La présence aujourd'hui à mes côtés du président des États-Unis, Monsieur Donald Trump, et de son épouse, est le signe d'une amitié qui traverse les temps et je veux ici les remercier, remercier les États-Unis d'Amérique pour le choix fait il y a cent ans» lors de l'entrée en guerre des États-Unis en 1917, a poursuivi M. Macron.

«Je souhaite à toutes les Françaises et à tous les Français, à tous ceux qui ont choisi la France et à tous ceux qui l'aiment, une fête nationale sereine et joyeuse», a conclu le président de la République qui devait ensuite se rendre à Nice pour rendre hommage aux 86 morts et centaines de blessés de l'attentat commis il y a un an jour pour jour.

Media