jeudi, 18 mai 2017 07:15

Muriel Pénicaud : Une Lorraine au gouvernement Macron - Philippe ?

Écrit par 

La presse du Grand Est s'est plaint de ne plus avoir de ministre de cette région au gouvernement. Ce constat est juste, mais en même temps faux ! Muriel Pénicaud a fait ses premiers pas professionnels à Pont-à-Mousson et à Metz.

 

La nouvelle ministre du Travail, Muriel Pénicaud, est bien connue en Lorraine où elle a travaillé pendant les premières années de sa vie professionnelle. Certes, elle est née à Versailles, mais à la fin des années 1970 et au début des années 1980, elle a travaillé à l'Organisation Régionale d'Etude et d'Aménagement de la Lorraine (OREAM-Lorraine), une administration régionale alors basée à Pont-à-Mousson. Elle y était notamment chargée de créer le Centre Lorrain de l'Enfance et de la Jeunesse (CLEJ) qui a connu une vie institutionnelle plutôt éphémère pour voir ses fonctions reprises par l'Observatoire Régional de la Santé et des Affaires Sociales (ORSAS-Lorraine) également créé par l'OREAM.

Par la suite, en mars 1982 à la suite du rapport de Bertrand Schwartz (septembre 1981), L'insertion professionnelle et sociale des jeunes, les premières missions locales furent créées. A Metz, Marie Judlin, alors adjointe au maire, demanda à Muriel Pénicaud de rejoindre la capitale lorraine pour créer et animer la mission locale. Elle y resta jusqu'en 1985. 

Au sein du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Formation professionnelle (1985-1993), elle a occupé des fonctions de direction régionale et nationale (1985-1991), puis a été membre du cabinet du ministre (1991-1993). Elle a été conseiller pour la formation auprès de la ministre Martine Aubry (1991-1993). Elle a été nommée par le président de la République, première présidente de l'Institut national du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle (2006-2009) et membre du Haut conseil du dialogue social. 

Elle a également connu de longs passages dans des entreprises privées appartenant à de grands groupes internationaux. C'est sur cette expérience que le nouveau gouvernement français entend conjuguer la réussite des entreprises qui créent de l'emploi et celle des salariés grâce au dialogue social, a dit mercredi la nouvelle ministre du Travail Muriel Pénicaud lors de sa prise de fonction.

"Le dialogue social (...) est au cœur des enjeux passés actuels et à venir", a dit Muriel Pénicaud lors de sa passation de pouvoir avec Myriam El Khomri, qui l'a précédée à ce poste. "Je dirais un dialogue social et économique, puisqu'il s’agit de faire converger réussite économique et sociale, c'est-à-dire réussite des entreprises qui créent de l'emploi et réussite des salariés qui veulent pouvoir se développer, avoir un emploi et développer leur vie professionnelle."

Elle se dit être à l’écoute des partenaires sociaux pour mener à bien les réformes promises par Emmanuel Macron, qui entend présenter cet été un projet de loi d'habilitation pour simplifier le droit du travail et décentraliser la négociation sociale.