France : Edouard Philippe, parcours d'un Premier ministre (Portrait)

Edouard Philippe, le député-maire de la ville du Havre (nord-ouest), issu du mouvement « Les Républicains » a été nommé Premier ministre par le nouveau président de la République Française, Emmanuel Macron, lundi.

 

Agé de 46 ans, Philippe a milité durant ses études au Parti Socialiste. Diplômé de la section Service public de l'Institut des Sciences Politiques, et de l'Ecole Nationale de l'Administration (ENA), il rejoindra cependant les rangs de la droite française, via dans un premier temps l'Union pour un mouvement populaire (UMP), puis « Les Républicains ».

Edouard Philippe se rapprochera peu à peu du maire du Havre, Antoine Rufenacht, et participera en 2002 à la fondation de l'UMP aux côtés de l'ancien Premier ministre Alain Juppé. Philippe a rejoint le secteur privé en 2004, quand son mentor et a été condamné à 18 mois de prison avec sursis.

Trois ans après, il rejoindra le cabinet d'Alain Juppé lorsque celui-ci a été nommé ministre de l'Ecologie au sein du gouvernement de François Fillon, sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Après la démission du gouvernement Fillon en 2008, Philippe est recruté par la multinationale française active dans le nucléaire, « Areva ». Quelques années plus tard, en 2012, il devient l'un des porte-parole d'Alain Juppé à la primaire de la droite. A l'annonce de la défaite de ce dernier, il soutient François Fillon, avant de se retirer de la campagne dans un contexte marqué par le scandale du « Penelope Gate ». 

A noter que le nouveau Premier ministre s'était auparavant distingué par ses déclarations guère favorables à l'actuel Président français. Dans un article publié par le quotidien « Libération » en janvier 2017, Philippe affirmera, au sujet d'Emmanuel Macron : « Pour certains, impressionnés par son pouvoir de séduction et sa rhétorique réformiste, il serait le fils naturel de Kennedy et de Mendès France. On peut en douter. Le premier avait plus de charisme, le second plus de principes. Pour d'autres, il serait Brutus, fils adoptif de César».

Cependant, d'autres titres de la presse française se plaisent également à rappeler qu'Edouard Philippe et Macron s'estiment mutuellement. « Macron pense à 90% la même chose que moi », a déclaré Philippe dans un entretien diffusé en 2016, par le Journal du Dimanche.

Dans un autre registre, le Premier ministre avouait, dans un portrait publié par l'hebdomadaire « Le Point » en 2010, sa « peur des requins », qui le rend mal à l'aise quand il « nage dans la mer ».

Le voici désigné nouveau locataire de Matignon, tandis que les médias français précisent, sans doute pour faire bonne mesure, qu'il est également fan des films "Le Parrain" et "Les tontons flingueurs".