La géguerre des imams en France

L'actualité française a été dominée, ces derniers temps, par l'élection présidentielle qui a drainé vers elle tous les regards de la presse. Du coup, la petite guerre que semble se livrer le monde musulman de France est passé sous silence, loin des médias. Sous la plume de Péroncel-Hugoz, le360.ma aborde la question et donne les éclairages nécessaires.

 

Cela n'a pas fait les gros titres, surtout sur fond de frénésie présidentielle, mais les milieux musulmans de l'Hexagone en parlent...

La première salve de cette «guéguerre» inter-islamique limitée à la France a été tirée le 29 mars 2017 avec la révélation d'un projet de «charte des imams», fixant les conditions d'exercice de leurs fonctions aux «conducteurs de prière» des 2.500 mosquées édifiées dans l'Hexagone depuis un quart de siècle. L'auteur collectif de ladite «charte» est le CFCM ou Conseil français du culte musulman (sunnite), animé par le notable marocain Anouar Kbibech, par ailleurs président du Rassemblement des musulmans de France, association réputée proche de Rabat.

Rappelons que selon les chiffres glanés par Mme A. Laurent, experte du fait religieux, et donnés par le site Clarifier, sur les 2.500 imams exerçant en France métropolitaine, environ 300 sont envoyés par des Etats comme le Maroc, l'Algérie, la Turquie, les autres étant des résidents ou des nationaux. Une petite minorité du total serait en mesure de prêcher en français, ce que répugneraient à faire certains imams pourtant carrément francophones.

 

Ambitions algériennes

Peu après l'envoi du projet de charte des imams, par le CFCM, aux mosquées de France, une réplique indignée est partie de la puissante Grande Mosquée de Lyon, fief du recteur algérien Kamel Kebtane, contestant au CFCM le droit de «s'ingérer dans les affaires intérieures des mosquées». Suivi aussitôt par certains prédicateurs établis en France, le recteur de Lyon sait pourtant que l'Etat français attend depuis des années qu'un code de conduite unique «raisonnable» soit proposé aux imams afin d'écarter ceux qui vantent le djihad, le salafisme ou le wahhabisme, tout en dénigrant le soufisme, la religiosité populaire, les pèlerinages aux santons du bled. Sans parler de leur mépris affiché pour la façon de vivre des Français moyens.

Le statut préparé par le CFCM n'a apparemment rien de révolutionnaire ou de diviseur et essaie seulement de tracer le profil de prédicateurs adaptés à une société occidentale, tout en respectant les canons islamiques: «attachement aux valeurs universelles fondant la République française, aux principes de laïcité et de diversité des convictions et pratiques. Interdiction d'invoquer Dieu pour semer la terreur, etc.». La charte rappelle également que la prière musulmane n'est valable pour les pratiquants masculins que si elle est conduite par un imam mâle. Cette exigence rappelle, toutes proportions gardées, celle de l'Eglise catholique dont le chef, le pape, doit toujours être un homme.

 

Juste milieu

Les pratiquantes féminines peuvent avoir recours aux «Mourchidates», ces guides spirituelles habilitées à diriger la prière de leurs seules sœurs; cette institution a été encouragée ces dernières années par des Etats comme l'Egypte ou le Maroc. La diplomatie religieuse de Rabat a aussi promu, sous le régime actuel, la notion d'«Islam du Juste Milieu» tirée du Coran et que le Maroc diffuse maintenant avec un certain succès en Afrique noire francophone, face au terrorisme de groupes armés comme Boko-Haram au Nigeria.

 

Sommet à l'Elysée

Gageons que l'indignation du recteur Kebtane est du moins en partie mue par l'opposition systématique d'Alger à toute initiative teintée de marocanité... Il y a sans doute aussi, pour le pouvoir algérien, l'idée de maintenir un rideau de fumée devant les négociations «secrètes», peut-être conclues à l'heure où nous écrivons, visant à transférer la Grande Mosquée de Paris à l'Etat algérien...

Une mosquée née pourtant d'une idée franco-marocaine à l'époque du maréchal Lyautey et du sultan Moulay-Youssef (1912-1927). Confiée ensuite par Paris à la lignée Boubakeur, issue d'un ancien élu Algérie française, socialiste et franc-maçon, rallié par la suite à l'Algérie algérienne, la fameuse mosquée parisienne a été peu à peu algérianisée de facto. Peut-être cette délicate question a-t-elle été évoquée le 2 mai 2017 lors du sommet de l'Elysée entre les chefs d'Etat français et marocain?

A suivre donc !

 

Par Péroncel-Hugoz

 

Documentation:
A. Laurent, L'Islam, Artège, Perpignan et Paris, 2017.
L. Murr-Nehmé, Tariq Ramadan, Tariq Oubrou, Dalil Boubakeur. Ce qu'ils cachent, Salvator, Paris, 2017.
S. Zeghidour, L'Islam en 50 mots, Desclée de Brouwer, Paris, 1990.