Comment Mounir Majhoubi a piégé les hackers de l'équipe Macron

Si le piratage informatique et les MacronLeaks lancés la veille du second tour de l'élection présidentielle française ont fait «pschitt!» c'est parce que Mounir Majhoubi et l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron avait anticipé l'attaque informatique dont le mouvement En Marche! a été la cible.

 

Selon Mounir Majhoubi, le franco-marocain de l'équipe en charge des supports numériques, les hackers auraient été pris à leur propre piège. Conscient qu'il risquait d'être l'objet de piratages informatiques, le mouvement créé par Emmanuel Macron s'était prémuni en créant lui-même cinq boîtes mails faussement attribuées à des responsables importants de la campagne. «Il y avait le responsable financier de l'organisation, des personnes qui travaillent dans l'équipe politique, il y avait des personnes moins connues du mouvement», a expliqué Mounir Majhoubi.

Comme attendu, les messageries d'En Marche! ont été assaillies de mails garnis de fichiers piégés. Du «phishing», une méthode éprouvée qui permet de s'introduire dans les systèmes informatiques. La contre-attaque a notamment consisté à nourrir les pirates, en leur donnant des dizaines de faux mots de passe et à les renvoyer vers de faux documents ou de mauvais liens pour leur offrir sur un plateau les informations qu'ils escomptaient utiliser pour salir la réputation d'Emmanuel Macron.

Plusieurs observateurs attribuent ces attaques à l'extrême-droite américaine et aux Russes. Le New York Times estime que les équipes d'Emmanuel Macron ont été beaucoup plus «habiles et ingénieuses» que celles d'Hillary Clinton.

 

Mounir Majhoubi est né à Paris au sein d'une famille ouvrière originaire du Maroc. En 2000, à l'âge de 16 ans, il commence à travailler à mi-temps pendant ses études chez Club internet où il devient Technicien réseau au centre d'appel. Il y deviendra ensuite Délégué Syndical CFDT. À 18 ans, il rejoint le Parti socialiste avec lequel il prendra néanmoins ses distances par rapport à son engagement. En 2006, il participe à la création du mouvement Ségosphère. En 2009, il obtient un master en finance et stratégie à l'Institut d'études politiques de Paris.

En 2012, il soutient François Hollande dans sa campagne présidentielle, au travers de sa communication numérique. En janvier 2017, il quitte le CNNum pour rejoindre la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron, dont il dit s'occuper essentiellement de sa campagne numérique. Le 6 avril 2017 il est investi en tant que candidat de la 16ème circonscription de Paris pour les élections législatives sous l'étiquette En Marche !