BNP Paribas transfère des activités informatiques de France au Maroc

Le groupe bancaire prévoit de délocaliser ses activités informatiques dédiées à sa banque de détail en Afrique, mais assure qu'il n'y aura aucun licenciement.

Après Natixis, c'est au tour de BNP Paribas de délocaliser une partie de ses activités informatiques. Le groupe bancaire prévoit de transférer au Maroc des activités dédiées à sa banque de détail en Afrique et employant en Île-de-France 150 salariés. Ces derniers se verront proposer une mobilité interne, a appris l'AFP ce mardi de sources concordantes.

Ce projet de transfert, présenté comme un moyen entre autres de rapprocher ces services de leurs utilisateurs, a été récemment dévoilé en interne lors d'un comité d'établissement, a indiqué une source syndicale, confirmant des informations publiées par le quotidien Le Monde.

 

Aucun licenciement prévu

Les 150 personnes employées jusqu'à présent au sein des activités concernées "sont en Île-de-France et vont y rester, elles vont se voir proposer une mobilité dans la région, il n'y a absolument pas de licenciement", a précisé à l'AFP une source au sein du groupe.

Quant aux salariés requis pour assurer ces tâches, ceux-ci doivent être recrutés directement au Maroc où la banque française est déjà présente via sa filiale BMCI, a-t-on indiqué de même source. Contactée, un porte-parole de BNP Paribas n'a pas souhaité commenter ces informations.

Ce projet survient après celui de Natixis, filiale cotée du groupe bancaire BPCE, qui avait décidé dès l'an dernier de déplacer une partie de son personnel informatique à Porto, au Portugal, provoquant la grogne du comité central d'entreprise et des organisations syndicales.

 

Le Syndicat national de la banque (SNB) a demandé à la direction de BNP Paribas de trouver une alternative à la délocalisation au Maroc d'activités dans les services informatiques représentant actuellement 150 postes en Ile-de-France.

"Ce que nous avons demandé c'est qu'on trouve une alternative pour le maintien de l'emploi en France", a déclaré à Reuters Joël Debeausse, délégué national adjoint de l'organisation, majoritaire au sein du groupe bancaire.

Une porte-parole de BNP Paribas n'a pas souhaité commenter les plans de la direction.