mercredi, 22 mars 2017 08:11

Lounis Aït Menguellet à Vandoeuvre le 22 avril 2017

Écrit par 

A l'occasion du printemps berbère et pour ses 50 ans de carrière, l'ACB54 organise un grand concert d'Aït Menguellet.

 

A l'occasion de ses 50 ans de carrière,le grand poète de la chanson Kabyle Lounis Aït Menguellet sera de retour en lorraine après presque 10 ans d'absence pour un concert qui s'annonce exceptionnel. Il est attendu pour une soirée historique.
Interdit d'antenne dans son pays durant plus de vingt-cinq ans, l'auteur de « aγ yexdaε rebbi-Soyons Maudits» a su créer des formes et des structures propres à sa poésie en jouant sur l'ambiguïté de sens des mots qu'il utilise, permettant une interprétation pluridimensionnelle de la part de ses auditeurs.
Lounis Aït Menguellet reprendra en effet ses plus fameux tubes, parmi lesquels « Louiza » et « Ma Trud » ou encore « Thelt Yam », et quelques-unes de ses nouvelles chansons comme « Isefra ». A l'occasion du printemps berbère , le poète de la culture berbère Lounis Aït Menguellet, met sur le devant de la scène la chanson kabyle, il renoue avec le fonds traditionnel berbère qu'a chanté avant lui Slimane Azem.

Lounis Aït Menguellet est certainement l'un des artistes les plus populaires de la chanson berbère contemporaine, un poète qui est devenu l'un des symboles de la revendication identitaire berbère. À propos des évènements qui ont secoué la région de Kabylie ces dernières années, il dit que, égale à elle-même, la région est un bastion de la contestation et qu'elle a toujours été à l'avant-garde des luttes. « Je parle de la kabylie à ma façon, afin d'apporter quelque chose pour que les choses évoluent », avant de s'empresser d'ajouter qu'il ne fait jamais de politique.


Nombreux sont ceux qui considèrent que la carrière de Lounis Aït Menguellet peut être scindée en deux parties selon les thèmes traités : la première, plus sentimentale de ses débuts, où les chansons sont plus courtes et la seconde, plus politique et philosophique, caractérisée par des chansons plus longues et qui demandent une interprétation et une lecture plus approfondie des textes. Ay agu (Brume), Iḍul s anga a nruḥ (Le chemin est long), Nekwni s warrac n Ledzayer (Nous, les enfants d'Algérie) : Aït Menguellet choisit délibérément dans ses concerts récents de chanter ces poèmes, plus longs et plus composés, comme une invitation lancée à son public à une réflexion et à une découverte.


En présentant son nouvel album à la presse, le 16 janvier 2005, à la veille de sa sortie le jour de son cinquante-cinquième anniversaire, à la Maison de la Culture de Tizi Ouzou, Lounis a fait remarquer que « l'artiste ne fait qu'attirer l'attention des gens sur leur vécu et interpeller leur conscience. C'est déjà une mission et je ne me crois pas capable d'apporter les solutions aux problèmes. »

Media