vendredi, 16 décembre 2016 20:58

Les bijoux kabyles, un art séculaire en déclin

Écrit par

Symbole de beauté et de féminité, le bijou kabyle en argent est un art ancestral pratiqué avec différentes variantes dans l'ensemble des pays du Maghreb et du Sahel. Cette activité florissante en Kabylie est en déclin ces dernières années.

 

 

Les bijoux en argent sont un signe de l’"ancrage séculaire de l’orfèvrerie dans la culture kabyle" avec la poterie, le tapis et la sculpture sur bois. 

Les artisans d’Ath Yenni, une localité de la wilaya de Tizi Ouzou, sont connus pour leur savoir-faire et la qualité de leur travail esthétique dans la fabrication du bijou en argent, un métier transmis de père en fils depuis des générations. 

Les symboles géométriques et les dessins décoratifs sont formés à l’aide de plaques très fines et des fils élaborés à partir de la grenaille vierge en argent. Les cloisons sont émaillées avec des couleurs vives: le bleu symbolise le ciel, le jaune est associé au soleil et le vert pour représenter la nature. D’autres bijoux sont sertis de corail provenant du bassin méditerranéen, symbole du feu sacré. 

Raffinés et riches par leurs couleurs, chaque bijou est porteur d’une signification sociale et culturelle. Ainsi, les bracelets, la fibule, le diadème et les boucles d’oreilles donnent des indications sur le statut personnel de la femme (mariée, fiancée, célibataire etc.). 

 

Un savoir-faire en déclin

La bijouterie kabyle était le seul apparat des femmes dans la vie quotidienne et les fêtes. Mais avec le développement de l’émigration en Europe et en France en particulier après la Première Guerre mondiale, la colonisation de peuplement progressive en Algérie, les bijoux de toute sorte (en or, en bronze...) ont fini par s’imposer sur le marché. Un nouveau modèle de consommation et de comportement "moderniste" a pris le dessus sur les pratiques traditionnelles. 

Par ailleurs, les difficultés à s’approvisionner en matières premières (agent et corail) et la flambée des prix ont un impact direct sur la commercialisation des produits. En conséquence, le métier de bijoutier n’attire plus les jeunes pour assurer la relève. 

Le déclin du tourisme en Algérie et l’absence du soutien de l’État pour le développement du secteur artisanal local et de la bijouterie en particulier, ne permet pas d’entrevoir de perspective favorable à la sauvegarde de ce patrimoine séculaire.