samedi, 15 octobre 2016 21:14

La chevauchée fantastique des "tbouridas"

Écrit par

Elle fascinait le peintre Eugène Delacroix, qui l'immortalisa dans sa période orientaliste. Deux siècles plus tard, la fantasia équestre, héritage d'une vieille tradition guerrière, suscite toujours l'enthousiasme populaire au Maroc.

La fantasia, appelée également « jeu de la Poudre » ou « Tbourida » est une manifestation équestre que l'on retrouve dans diverses régions d'Afrique du Nord. Cette tradition est toujours vivante au Maroc par exemple à Guercif et elle semble renaître en Algérie et aussi en Tunisie

Ce sport consiste à simuler un assaut militaire de cavalerie. C'est le « cheval barbe »que les cavaliers ou parfois les cavalières montent. Le but de l'épreuve est de terminer la course en tirant un coup de fusil en l'air, au même moment, pour n'entendre qu'une seule détonation.

A l'occasion du 9e Salon du Cheval d'El-Jadida (ouest), des milliers de spectateurs sont venus assister cette semaine au 1er grand prix Mohammed VI de "tbourida", une spectaculaire charge de cavalerie qui se termine par un tir synchronisé de mousquets.

Exceptionnellement, les quinze meilleures troupes du pays, les "sorbas", ont participé à ce spectacle grandiose, dans un fracas de galops et une explosion de couleurs.

Harnachés dans leurs plus beaux atours, des dizaines de cavaliers, fusils en main, se lancent tour à tour à l'assaut d'un long terre-plein central sablonneux, sous les vivas de la foule.

Noblesse sauvage de la charge à cheval, exaltation guerrière du spahi, scintillement des poignards damasquinés... la "harb" --la guerre-- est symboliquement de retour ce jour-là sur l'hippodrome du parc d'exposition d'El-Jadida.

La "tbourida", dont le nom en arabe dialectal est dérivé de baroud qui signifie poudre à canon, "incarne l'art équestre traditionnel marocain qui remonte au XIIIe siècle", explique à l'AFP le secrétaire général de l'Association du salon du cheval, le Dr Hamid Benazzou. Elle est la reconstitution d'une charge de cavalerie de guerriers arabes et berbères, qui se termine par un tir synchronisé, dans une détonation assourdissante et l'odeur âcre de la poudre.

 

 

Dernière modification le samedi, 15 octobre 2016 21:27

Media