Création d’une Fondation dédiée aux jeunes du pourtour méditerranéen

 

 

Un appel solennel a été lancé lors du Forum Tanger méditerranéen pour la Jeunesse et la Démocratie organisé les 2, 3 et 4 mars dans la ville du détroit.  Les participants ont interpellé la communauté internationale à assumer ses responsabilités quant à la situation tragique en Libye marquée par la prolifération d’armes, les crimes et l’esclavage tout en invitant les parties belligérantes à s’asseoir autour de la table des négociations pour faire aboutir le processus de réconciliation nationale,  lit-on en substance dans le communiqué final.

Les jeunes participants ont également condamné fermement les crimes perpétrés par les forces d’occupation de l’entité sioniste appuyées par  les pays impérialistes contre le peuple palestinien isolé.  Cela étant, insiste la même source, la stabilité du bassin méditerranéen est tributaire de la fin de l’occupation sioniste. Abondant dans le même ordre d’idées,  les participants ont appelé, en outre, à la consécration de la culture de la tolérance et du dialogue, le renforcement des moyens de coopération internationale et l’immunisation des jeunes contre toutes les formes d’idées extrémistes par la mise en place de programmes intégrés leur permettant une autonomisation politique, économique et sociale. Cela constitue l’entrée principale pour la consécration de la construction démocratique, notamment dans les pays du Sud,  précise la même source.

Sur un autre registre, les jeunes militants ont souligné l’importance de la réforme du système migratoire mondial, le renforcement des mécanismes des droits de l’Homme et le partage des responsabilités en matière de relocalisation des réfugiés.

S’agissant du dossier climatique, le communiqué de Tanger a tiré la sonnette d’alarme sur le degré de la pollution que connait la Méditerranée, appelant les Etats concernés à préserver les droits environnementaux des générations futures.

Par ailleurs, les jeunes militants ont invité toutes les forces de gauche de la Méditerranée à élaborer un plan d’action commun pour faire face à tous les défis et renforcer le rôle de la médiation dans la résolution des conflits.

Au final, les participants ont décidé de la création d’une instance indépendante baptisée « Fondation  Tanger Méditerranéen pour la Jeunesse et la Démocratie » dont l’objectif est de procurer à cet événement une aura internationale et d’en faire un véritable carrefour de rencontres et de débats entre les jeunes à l’échelle internationale.

***
Said Bakkali : SG de la section Tanger de la Jeunesse socialiste

 «Etablir des alternatives justes et équitables»

Le Forum Tanger Méditerranéen pour la Jeunesse et Démocratie qui  est d’ailleurs une initiative de la Jeunesse socialiste en collaboration avec des militants du Collectif international d’idées pour la paix veut se positionner en tant que laboratoire d’idées. Il ambitionne de réunir tous les jeunes de la Méditerranée dans un espace leur  permettant de s’exprimer autour des problématiques qui préoccupent les peuples de la région. En témoignent les tables rondes et les ateliers organisés à l’occasion de cette édition, marquée par une participation massive des jeunes et des discussions intenses mais aussi fructueuses.

Pour cette deuxième édition, on peut affirmer que  le bilan a été très positif au regard de la participation des intervenants de qualité, représentant plusieurs pays, y compris l’Amérique latine. En fait, l’objectif escompté est de créer une synergie entre les visions afin d’établir des alternatives économiques et culturelles, outre la divulgation des valeurs d’équité, de justice sociale et de paix.

Ce qui se passe dans le bassin de la Méditerranée, notamment en Libye et en Syrie, nous montre que la région est devenue un objet de rivalité entre les puissances mondiales qui ont un agenda précis et on a l’impression qu’une nouvelle carte géopolitique est en train de se dessiner.

Le Forum de Tanger, n’est qu’à ses débuts, mais après le succès de ces deux éditions, nous ambitionnons de nous ouvrir davantage, surtout lors des prochaines éditions,  sur d’autres continents, notamment les pays de l’Amérique latine.

***
Younes Siraj, directeur de la 2e édition du Forum

«L’Etat doit encourager les initiatives constructives»

Il faut dire que le bilan de la 2e du Forum reste largement positif. Nous avons atteint tous les objectifs que nous nous sommes fixés. Bien qu’encore à ses débuts, le Forum commence à se frayer son chemin et bénéficie maintenant d’une certaine aura auprès de nos voisins du Nord.  En plus de cela, la participation de personnalités en provenance de plusieurs pays, y compris l’Argentine, le Mexique, a apporté une nouvelle dimension à cet événement, dépassant ainsi son cadre méditerranéen. Ce fut donc  un véritable succès.  Cela étant, notre objectif consiste à tisser davantage de partenariats avec plusieurs organismes internationaux, des associations de la société civile et des partis politiques étrangers et ce, pour plusieurs raisons.  En termes plus clairs, nous avons tenu à inscrire notre action dans une approche interactive et interagir avec notre environnement régional afin de faire reconnaitre les causes de notre parti et à leur tête, l’intégrité territoriale du Maroc, tout en mettant  en exergue les efforts consentis concernant les réformes entamées et discuter des problèmes qui préoccupent la jeunesse marocaine.

 La diplomatie parallèle pourrait jouer un rôle crucial dans ce sens et les jeunes de notre pays ont tout à adhérer à ce chantier national.  En tant que Jeunesse socialiste, nous remercions tous ceux qui nous ont donné leur appui. Nous estimons que l’Etat devrait encourager ce genre d’initiative constructive.