La présidentielle algérienne « impossible » à organiser

Le Conseil constitutionnel en Algérie a jugé la présidentielle « impossible » à organiser, après le rejet des deux seules candidatures pour ce scrutin prévu le 4 juillet, a annoncé dimanche la télévision nationale.

« Le Conseil constitutionnel rejette les deux dossiers de candidature déposés » et annonce par conséquent « l'impossibilité de tenir la présidentielle le 4 juillet », a-t-on indiqué de même source.

Ce scrutin était censé permettre l'élection d'un successeur au président Abdelaziz Bouteflika, qui a démissionné le 2 avril sous la pression conjuguée de la rue et de l'armée.

Le Conseil a précisé qu'il revenait au chef de l'État par intérim de « convoquer de nouveau le corps électoral et de parachever le processus électoral jusqu'à l'élection du président de la République et la prestation de serment ».

En effet, « dès lors que la Constitution prévoit que la mission essentielle dévolue à celui investi de la charge de chef de l'État est d'organiser la présidentielle, il y a lieu de réunir les conditions adéquates pour l'organisation de cette élection dans la transparence et la neutralité », selon le texte.

Depuis le 22 février, les Algériens sortent chaque vendredi massivement dans les rues, notamment à Alger, pour réclamer un changement du « système » politique en Algérie.