Algérie : malgré les annonces de réforme, la protestation se poursuit

Quarante-septième semaine de protestation en Algérie. Ce vendredi, des manifestations ont eu lieu à travers le pays pour demander un changement de système politique. Les autorités ont pourtant annoncé au début de la semaine que la réforme de la Constitution serait mise en place. Les manifestants sont sceptiques sur ces annonces politiques.

(RFI) - La pluie a fait disparaître les pancartes. Mais Adlène 42 ans porte un drapeau dans chaque main. Accompagné de sa femme et son fils, il manifeste pour dire que les promesses du nouveau président, Abdelmadjid Tebboune, il n’y croit pas.

« Ils réforment la Constitution pour leurs intérêts, clame-t-il. Ça n’est pas pour le peuple, ça a toujours été comme ça ! Le vrai changement, c’est que tout le système parte, le système des généraux. On veut un pays libre, civil, c’est tout ce qu’on demande. On ne demande pas l’anarchie ou la guerre ou la violence. On est un peuple pacifiste, on veut le vrai départ du régime. »

Les manifestants scandent que le peuple est uni, se moquent du président et chantent qu’ils refusent le dialogue. « Depuis 1962, il n’y a que des promesses, raconte Ali Lamdani, 68 ans, syndicaliste. Et jamais ils n’ont tenu leurs promesses. Le peuple algérien demande un État de droit, civil. »

Des manifestants placés en détention puis libérés au début du mois étaient dans le cortège, pour demander la libération de ceux qui sont maintenus en prison.