Vacances au Maghreb : les familles dans l'expectative

Le Point - Afrique a consacré un de ses derniers articles à la délicate question du "retour au pays" pour les vacances d'été des Maghrébins vivant en France. 

(Le Point-Afrique) -  C'est une tradition qui s'est transmise à la troisième, voire à la quatrième génération. Un passage de témoin qui trouve dans ces vacances un lien symbolique maintenu avec le pays des origines, un lien générationnel conservé au-delà du temps et de la distance, ou tout simplement des liens patrimoniaux, entre terres familiales à gérer et maisons bâties avec patience à rouvrir, aérer, habiter. Des vacances aussi bien pour le triptyque classique soleil-mer-repos que comme catalyseur d'un double enracinement.

Mais rien n'est assuré pour cet été. Confinement quasi mondial, fermetures puis ouverture partielle ou lente des frontières et espaces aériens internationaux, mise en place de mesures prophylactiques, tout cela n'augure en rien un retour à une normalité effective. Certes, une reprise partielle des vols à l'aéroport d'Orly, où les vols pour le Maghreb représentent une part majeure d'activité, a été annoncée par le groupe ADP d'ici au week-end des grands départs du 26 juin. Certes également, dès le 11 mai, Air France a proposé un vol quotidien entre Roissy et Alger, mais toutes les places auraient déjà été réservées jusqu'en juin. De son côté, Air Algérie ne prévoit toujours pas officiellement de reprise des vols avant « juillet ou août ». Du côté du Maroc et de la Tunisie, l'espace aérien des deux pays a été fermé dès le 15 mars pour le premier et le 20 mars pour le second. Aucune annonce officielle de réouverture aux vols réguliers n'a encore été faite, tout restant conditionné à la situation épidémiologique des pays et à la prolongation ou non du confinement.

Lire l'intégralité de l'article