Ryanair veut licencier ses employés néerlandais refusant de s'installer au Maroc

La compagnie aérienne irlandaise Ryanair a déposé le 18 décembre une demande de licenciement collectif, auprès du syndicat d’emploi néerlandais (UWV). Sont concernés tous les pilotes et membres d’équipage de la base d’Eindhoven en Hollande, fermée depuis le 5 novembre, qui s’opposent à leur transfert forcé au Maroc et en Biélorussie. 

Un acte de “vengeance”, estime le syndicat des pilotes de ligne néerlandais (VNV) qui n’est pas surpris par cette démarche. Selon le syndicat, la compagnie menaçait déjà d’éliminer progressivement le personnel qui s’opposait à un transfert forcé à l’étranger.

En septembre, une quinzaine de pilotes avaient participé à une grève forçant Ryanair à annuler 250 vols en Europe. La compagnie low-cost avait ensuite officiellement fermée sa base à Eindhoven qui présentait, selon Ryanair, des chiffres peu satisfaisants. 

Ce licenciement concernerait près de 200 personnes dont 50 pilotes et 150 membres de cabine chargé de quatre avions, d’après le média local NU. Un tribunal néerlandais avait pourtant tranché, en novembre, en faveur des pilotes interdisant à Ryanair de déplacer ses employés dans des pays étrangers après la fermeture de la base.

La confédération syndicale des Pays-Bas qui représentent les membres de l’équipage ainsi que le Syndicat des pilotes ont annoncé qu’ils feraient appel de cette décision de licenciement.