Présidentielle en Tunisie : Youssef Chahed lance sa campagne ... en France

Le Premier ministre tunisien Youssef Chahed, candidat à la présidentielle du 15 septembre, a lancé samedi 31 août à Lyon sa campagne à l'étranger se posant en défenseur des droits de l'homme, quelques jours après l'arrestation d'un de ses principaux rivaux.

(AFP) - "Nous souhaitons parler aux Tunisiens pour leur expliquer pourquoi nous sommes dans cette campagne présidentielle, quels sont les objectifs, quel est notre vision pour une Tunisie plus forte, une Tunisie le plus moderne et plus développée, et une Tunisie qui vraiment croit aux valeurs universelles des droits de l'homme", a déclaré Youssef Chahed, avant le meeting qui devait se tenir en fin d'après-midi.

Interrogé au sujet de l'arrestation il y a quelques jours de l'homme d'affaires Nabil Karoui, il a redit n'être "pour rien dans cette affaire" qu'il a qualifiée de "droit commun", rappelant l'indépendance de la justice en Tunisie.

La Tunisie, qui compte quelque 11 millions d'habitants, a une importante diaspora avec 1,2 million Tunisiens vivant à l'étranger, principalement en Europe, a aussi rappelé Youssef Chahed, 43 ans dont le parti Tahya Tounes, est devenu la deuxième force au Parlement derrière Ennahdha, issu de la mouvance islamiste.

Ce meeting dans la 3e ville de France se tient à la veille du démarrage officiel de la campagne en Tunisie, dimanche à minuit.

L'arrestation de l'homme d'affaires Nabil Karoui, un personnage controversé du monde des médias, a fait grimper la tension à l'approche de la présidentielle, un scrutin anticipé faisant suite au décès fin juillet du chef de l'Etat Béji Caïd Essebsi.
Malgré les avancées démocratiques après la chute de Zine el Abidine Ben Ali en 2011 et une reprise fragile de la croissance après des années de marasme, la Tunisie, berceau du Printemps arabe, peine à répondre aux attentes sociales et à faire baisser un chômage de plus de 15% et une inflation de près de 7%.
Lors de la précédente présidentielle en 2014, les Tunisiens résidant en France avaient plébiscité Béji Caïd Essebsi et le président sortant d'alors Moncef Marzouki, ancré à gauche et ancien farouche opposant à Ben Ali.