Moines de Tibhirine : l’émouvant hommage des évêques d’Algérie

Les sept moines de Tibhirine assassinés en Algérie en 1996 ont été reconnus martyrs en vue de leur béatification, selon un décret publié samedi par le Vatican. Dans un communiqué publié ce samedi 27 janvier, les évêques d’Algérie ont exprimé leur « joie ».

« La grâce nous est donnée de  pouvoir faire mémoire de nos dix-neuf frères et sœurs en qualité de martyrs, c’est-à-dire, (selon le sens du mot lui-même), de témoins du plus grand amour, celui de donner sa vie pour ceux qu’on aime », écrivent les évêques d'Algérie.

« Devant le danger d’une mort qui était omniprésent dans le pays, ils ont fait le choix, au risque de leur vie, de vivre jusqu’au bout les liens de fraternité et d’amitié qu’ils avaient tissés avec leurs frères et sœurs algériens par amour. Les liens de fraternité et d’amitié ont ainsi été plus forts que la peur de la mort », ont-ils ajouté. Les évêques assurent que ces martyrs « n’accepteraient pas que nous les séparions de ceux et celles au milieu desquels ils ont donné leur vie ».

« Ils sont les témoins d’une fraternité sans frontière, d’un amour qui ne fait pas de différence. C’est pourquoi, leur mort met en lumière le martyr de nombre de ceux et celles, algériens, musulmans, chercheurs de sens qui, artisans de paix, persécutés pour la justice, hommes et femmes au cœur droit, sont restés fidèles jusqu’à la mort durant cette décennie noire qui a ensanglanté l’Algérie », ajoute-t-ils.

 

Hommage au 99 imams qui ont refusé la violence

Les évêques d’Algérie rendent ensuite hommage aux Algériens « qui n’ont pas craint eux non plus de risquer leur vie en fidélité à leur foi en Dieu, en leur pays, et en fidélité à leur conscience ». « Parmi eux nous faisons mémoire des 99 imams qui ont perdu la vie pour avoir refusé de  justifier la violence. Nous pensons aux intellectuels, écrivains, journalistes, hommes de science ou d’art, membres des forces de l’ordre, mais aussi aux milliers de pères et mères de famille, humbles anonymes, qui ont refusé d’obéir aux ordres des groupes armés », rappellent-ils.

Les évêques d’Algérie affirment de n’être pas « tournés vers le passé ». « Ces béatifications sont une lumière pour notre présent et pour l’avenir. Elles disent que la haine n’est pas la juste réponse à la haine, qu’il n’y a pas de spirale inéluctable de la violence. Elles veulent être un pas vers le pardon et vers la paix pour tous les humains, à partir de l’Algérie mais au-delà des frontières de l’Algérie. Elles sont une parole prophétique pour notre monde, pour tous ceux qui croient et œuvrent pour le vivre ensemble. Et ils sont nombreux ici dans notre pays et partout dans le monde, de toute nationalité et de toute religion », soulignent-ils.

 

Le texte intégral de la déclaration des évêques - ici