La France déconseille à ses ressortissants de se rendre en Iran et en Irak

(Reuters) - Le ministère français des Affaires étrangères a déconseillé mardi les déplacements en Iran et en Irak, en raison des tensions suscitées par la mort du général iranien Qassem Soleimani, commandant de la force Al Qods, tué la semaine dernière à Bagdad par un drone américain.

“En raison d’une situation sécuritaire régionale extrêmement volatile, il est formellement déconseillé aux ressortissants français de se rendre en Iran”, dit-il dans un communiqué diffusé sur son site internet. Un autre communiqué au sujet de l’Irak reprend la même formulation.

“Les ressortissants français qui ne seraient pas en mesure de quitter le pays temporairement sont invités à faire preuve de la plus grande vigilance et à prendre les précautions indispensables pour assurer leur sécurité”, ajoute le quai d’Orsay.

En savoir plus: 

IRAK

En raison d’une situation sécuritaire régionale extrêmement volatile, il est formellement déconseillé aux ressortissants français de se rendre en Irak. Les ressortissants français qui ne seraient pas en mesure de quitter le pays temporairement sont invités à faire preuve de la plus grande vigilance et à prendre les précautions indispensables pour assurer leur sécurité. Il leur est notamment fortement conseillé de limiter leurs déplacements à l’intérieur du pays, d’éviter les rassemblements et de se faire connaître auprès de l’Ambassade et du Consulat de France à Bagdad et à Erbil.

RISQUES ENCOURUS ET RECOMMANDATIONS ASSOCIÉES

• Risque terroriste : le risque terroriste est élévé sur l’ensemble du pays et très élevé dans les gouvernorats de Tamim (Kirkouk), Ninive, Salah-ed-dine, Diyala et Al-Anbar où les violences sont quotidiennes. Les modes opératoires sont multiples : kamikazes, engins explosifs improvisés (EEI), engins explosifs de circonstance (EEC), tirs d’obus de mortiers, armes à feu, bombes adhésives.

• Risque d’enlèvement : la menace d’enlèvement ou d’attentat individuel existe sur l’ensemble du territoire.

• Risques liés aux mines et restes explosifs de guerre (REG) : ce risque est réel sur l’ensemble des zones se trouvant le long des lignes de front passées ou actuelles.

• Risque naturel et industriel  : des études font état de risques de rupture du barrage de Mossoul sans pouvoir apporter de précisions sur l’échéance ou la réalité de ce risque. Une rupture de cet ouvrage pourrait causer d’importantes inondations et destructions à l’aval du barrage entre Mossoul et Bagdad. Les autorités irakiennes ont pris des mesures en vue de consolider la structure du barrage.

• Risque sismique : ce risque concerne essentiellement la partie nord du pays jusqu’à Bagdad où des secousses, jusqu’à présent de faible ampleur, sont régulièrement ressenties.

• Risque routier : les accidents sont très fréquents en raison du mauvais état des routes, des nombreux axes en construction non signalisés et non éclairés la nuit ou encore des vitesses beaucoup trop élevées. Le taux de mortalité par accident de la route est élevé.

IRAN

En raison d’une situation sécuritaire régionale extrêmement volatile, il est formellement déconseillé aux ressortissants français de se rendre en Iran. Les ressortissants français qui ne seraient pas en mesure de quitter le pays temporairement sont invités à faire preuve de la plus grande vigilance et à prendre les précautions indispensables pour assurer leur sécurité. Il leur est notamment fortement conseillé de limiter leurs déplacements à l’intérieur du pays, d’éviter les rassemblements et de se faire connaître auprès de l’Ambassade et du Consulat de France à Téhéran.

  • Les autorités iraniennes ne reconnaissent pas la double nationalité. Les binationaux franco-iraniens qui entreraient en Iran avec leur passeport iranien ne seront donc pas en mesure de solliciter la protection consulaire. Il est par ailleurs rappelé que les binationaux de plus de 17 ans qui ne seraient pas à jour de leur service militaire iranien s’exposent à des difficultés lors d’un séjour en Iran.
  • Il est rappelé aux voyageurs qui souhaitent se rendre en Afghanistan, au Pakistan ou en Irak depuis l’Iran que les déplacements dans ces pays sont formellement déconseillés (voir les Conseils aux voyageurs pour les pays concernés). Le risque en matière de sécurité, et notamment d’enlèvement, y est très important. Les informations diffusées sur les réseaux sociaux ou via le bouche-à-oreille par d’autres voyageurs, faisant état de déplacements sans encombres ou de l’hospitalité des populations locales, ne sont ni fiables, ni représentatives de la réalité des risques.