La Déclaration Universelle des Droits de l'Homme a 70 ans

Le 10 décembre 1948, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’Assemblée générale des Nations unies a adopté la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Elle a été publiée trois ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale pour que les erreurs ayant mené tant de gens et de pays au chaos ne se reproduisent plus.

Aujourd’hui encore, la Déclaration universelle des droits de l’Homme continue d’être un idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations. Elle est souvent considérée comme le document fondateur pour toute l’humanité, proclamant les droits et les libertés de chaque individu, peu importe la race, le sexe, la langue, la religion, l’opinion politique, etc.

Il est important de rappeler des droits et des libertés que contient cette Déclaration, dont notamment le droit à l’éducation, le droit au travail, le droit à un niveau de vie suffisant, le droit à la liberté de penser ou encore le droit à la liberté d’opinion. D’autre part, elle insiste sur l’importance de valeurs comme la justice, la paix et le partage, mais également la tolérance et l’amitié, des valeurs constamment remises en question dans un monde dans lequel plusieurs pays continuent de mépriser les droits fondamentaux de l’homme.

Tous les individus et tous les organes de la société s’efforcent, par l’enseignement et l’éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d’en assurer, par des mesures progressives d’ordre national et international, la reconnaissance et l’application universelles et effectives.

Mais la célébration des 70 ans est un peu gâchée par le contexte actuel. Ce que n’a pas manqué de rappeler la Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, qui a averti cette semaine que le système mondial « qui avait donné corps à la vision de la Déclaration universelle est érodé petit à petit par les gouvernements et les responsables politiques qui se consacrent de plus en plus à des objectifs nationalistes étroits ». On repassera pour la fête.

Télécharger le pdf