Karim Akouch, l'homme qui tutoie l'islam

Dans "Lettre à un soldat d'Allah", Karim Akouche aborde de front des questions d'actualité : l’islam, l’islamisme et leurs avatars, la laïcité et ses ennemis, la gauche et ses errances, l’Algérie et ses démons, la crise de la citoyenneté, l’ultra-consumérisme et le règne du spectacle, les conséquences des « printemps arabes »…Des textes de combat et de réflexion rassemblés dans un essai qui vient d'être publié. Le quotidien quebecois Le Devoir lui consacre un long article sous la plume de son correspondant à Paris, Christian Rioux.

La première fois que Karim Akouche a vu une femme voilée, il avait 18 ans. Il étudiait à l’université de Tizi Ouzou, cette ville algérienne qui porte un nom de fleur (col de genêt) et que l’on surnomme la capitale de la Grande Kabylie. « C’était très folklorique. On riait des rares barbus que l’on croisait dans la rue. Pour nous, qui n’en avions jamais vu, ils ressemblaient à des pères Noël. Ça ressemblait à un jeu. »

Mais le jeu tournera rapidement au drame. Des femmes qui ne portent pas le voile seront agressées, les islamistes prendront le contrôle des organisations étudiantes et commenceront à imposer leurs lois. La guerre civile qui opposera les islamistes algériens à l’armée du FLN fera des dizaines de milliers de morts. Karim Akouche y perdra même un cousin proche, criblé de balles par les islamistes simplement pour semer la terreur.

Il y a donc longtemps que la naïveté a quitté cet écrivain kabylo-algéro-québécois dont le nouveau livre, Lettre à un soldat d’Allah (éd. Écriture), sera adapté sur la scène du théâtre des Halles cet été à Avignon par le metteur en scène Alain Timar. Tout au long de ce livre, constitué de chroniques écrites dans la presse française, algérienne et québécoise (dont Le Devoir), cet ingénieur de formation tutoie les islamistes comme s’il les connaissait par coeur.

À l’école de la haine

« Je les ai connus de très près, dit-il. J’ai des amis qui le sont devenus. L’un d’eux est aujourd’hui imam. Il fera d’ailleurs partie des 100 imams algériens que la France accueillera bientôt pour le ramadan. Moi, je suis un rescapé de l’école algérienne. On m’y a appris à détester les femmes, les chrétiens, les juifs, les homosexuels, les mécréants et les impies. Mais je m’en suis sorti. »

Ce sont les « valeurs kabyles » de sa mère (La religion de ma mère, éd. Michel Brûlé) et le contact avec la chanson engagée de son pays, dit-il, qui lui permettront de se tenir loin de ces discours de haine qui séduisent ses camarades de classe et mobilisent toute une jeunesse.

Syndicaliste étudiant, il quitte l’Algérie après le printemps noir berbère qui fera 128 morts à l’université de Tizi Ouzou. Arrivé au Québec, après six ans en France, quelle ne fut pas sa surprise au bout de quelques années de voir les mêmes prédicateurs débarquer dans un pays où il croyait leur échapper. « Les démons que j’avais fuis refaisaient surface à Montréal ! » Lui qui voulait se consacrer à la poésie et au roman, écrira sa première chronique en 2013, alors qu’une délégation d’islamistes français venait prêcher l’obscurantisme au Palais des congrès de Montréal. « L’art pour l’art, c’est bien beau, mais comment pouvais-je me taire ? Le paradoxe de la tolérance, c’est qu’on finit par tolérer l’intolérable. »

Avec quelques-uns comme Kamel Daoud, Boualem Sansal et Djemila Benhabib, Karim Akouche fait partie de ces intellectuels originaires d’Afrique du Nord qui sont « passés à l’Ouest » et dénoncent l’« hydre islamiste » dont parlait récemment le président français, Emmanuel Macron. Car, voilà qu’après avoir ravagé les pays arabes, celle-ci fleurit dans les banlieues de toutes les grandes villes européennes.

L’amour et la haine

« Les gens qui disent que l’islam est une religion de paix, d’amour et de tolérance nous mentent, dit Akouche. Ceux qui disent que, dans l’islam, il n’y a que de la violence nous mentent aussi. Car il y a les deux. Le Coran est un texte ambivalent et désordonné, où l’on trouve à la fois l’amour et la haine, la guerre et la paix. »

C’est pourquoi, dit-il, l’islam et l’islamisme sont un peu comme l’eau et la vapeur. « L’islamisme, c’est l’islam en ébullition. Alors que l’islam, c’est l’islamisme mis au frigo. On ne sait plus où est la frontière. Certes, l’écrasante majorité des musulmans n’est pas islamiste. Mais l’islamisme vient de l’islam. Qui osera le réformer ? »

Quelle ne fut pas la surprise de Karim Akouche de se voir taxé au Québec d’« islamophobe ». En Algérie, dit-il, « on ne m’avait jamais dit ça ! Ce qui me dérange chez les élites occidentales, c’est qu’elles ont le complexe du colonisateur et essaient d’expliquer le djihadisme par ses seules causes sociales. Le djihadisme a évidemment des causes sociales, psychologiques et idéologiques. Mais la cause principale est idéologique. C’est le texte lui-même qui est déterminant. Les Amérindiens et les Roms vivent des situations souvent plus difficiles sur le plan social, mais ils ne commettent pas d’attentats, eux. »

Karim Akouche dit trouver une inspiration dans les traditions culturelles kabyles. Il cite d’ailleurs le pape kabyle saint Gelase qui, dans une lettre à l’empereur byzantin Anastase, disait qu’en matière de religion, l’empereur devait écouter le prêtre et, qu’en matière de politique, le prêtre devait se plier aux ordres de l’empereur.

Dans son pays, où il se rend parfois à ses risques et périls, Karim Akouche a vu l’islamisme succéder au marxisme. « Après la guerre froide et la chute du mur de Berlin, les intellectuels de gauche se sont retrouvés orphelins. Ils ont remplacé le prolétaire par l’autre, l’étranger. Et le musulman est l’étranger par excellence. »

De Tizi Ouzou à Québec

Ce n’est pas un hasard, dit-il, si les islamistes et les multiculturalistes détestent autant la France, où se trouvent les racines de la laïcité. « On assiste à une guerre philosophique entre Montesquieu, qui écrit L’esprit des lois, et l’ami de Goethe, le philosophe Herder qui a écrit sur le concept du génie du peuple [Volksgeist]. L’origine du multiculturalisme, c’est le différentialisme allemand. Cette guerre se poursuit aujourd’hui sous d’autres formes. Multiculturalistes et islamistes partagent la même détestation des valeurs françaises. On le voit bien chez Justin Trudeau. »

D’ailleurs, en Algérie, on lui reproche parfois d’écrire en français, l’accusant ainsi d’avoir choisi le parti de la France. « Je leur réponds qu’il faudrait alors critiquer ceux qui écrivent en arabe d’avoir choisi le parti de l’Arabie saoudite. Car, la langue de l’Algérie, c’est aussi le tamazight, la langue des Berbères. »

Avant d’arriver au Québec, où dit-il le champ de la liberté se restreint, ce boulimique de poésie avait lu Miron et Nelligan. Il avait écouté Vigneault et Leclerc. Il savait donc où il mettait les pieds. Pour lui, les identités québécoise et kabyle sont ce que l’écrivain Amin Maalouf appelle des identités meurtries. « Entre ces peuples meurtris, sans États et parfois invisibles, existe une fraternité réelle, dit-il. Je crois que le Québec peut donner de l’espoir aux Kabyles, car il a survécu à la Conquête. Mais peut-être que les Kabyles peuvent aussi apprendre le courage aux Québécois qui en manquent parfois. »

En savoir plus: 

Les titres annoncent la couleur : « Déchire ton niqab », « Les faux humanistes et les idiots utiles de l’islamisme », « Portrait de l’islamiste en fossoyeur du monde », « Percheurs de haine, je vous emmerde », « L’Algérie arabe est une imposture »…
Point d’orgue de ce recueil, une « Lettre à un soldat d’Allah » adressée à un jeune homme conquis par l’idéologie djihadiste, que l’auteur questionne d’un « tu » assassin.

« Karim Akouche sait dire ce qu’il a à dire, sans peur et sans fioritures. Très rares, dans sa génération, sont ceux qui s’engagent intellectuellement, moralement et politiquement dans le combat contre l’intolérance, le fanatisme, le nationalisme et autres folies qui font le malheur des peuples. »
  
Boualem Sansal

Lettre à un soldat d’Allah

Karim Akouche, Édition Écriture, 2018, 246 pages. Lire un extrait en pdf ici