Jeunes Marocains d'Europe : la difficile intégration

Dans un sondage réalisé en collaboration avec IPSOS, le CCME met en lumière les difficultés rencontrées par les jeunes marocains d’Europe. Les résultats montrent que ce serait en Italie qu'ils rencontreraient le plus de freins à leur integration.

En bon observateur des conditions de vie des ressortissants marocains vivant à l'étranger, le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) s'est inquiété des formes de discriminations et de racisme qui ont pu se développer ces derniers temps dans les six pays les plus importants de l'Union Européenne. Le constat est simple : " A Paris, Madrid, ou Bruxelles, plusieurs manifestations ont eu lieu ces dernières semaines pour dénoncer la discrimination et le racisme contre les minorités et les communautés issues de l’immigration. (...) Les immigrés d’origine marocaine, qui forment l’une des communautés les plus importantes d’Europe, ont été plusieurs fois victimes de discrimination dans plusieurs pays de résidence. Il ne s’agit pas seulement de violence policières ou d’attaques dans un contexte politique mais aussi de différentes formes de discriminations sociales et économiques liées à l’accès à l’emploi, au logement et à la pratique religieus".

Pour mieux comprendre le phénomène, le CCME a confié à IPSOS la réalisation d'une enquête d'opinion; L’étude a concerné un échantillon de 1 433 jeunes marocains âgés de 18 à 35 ans et résidant dans les six principaux pays européens d’immigration (France, Espagne, Italie, Belgique, Pays-Bas et Allemagne). Les premiers résultats viennent d'être publiés. L’enquête intégrale sera présentée ultérieurement,

Proportion (%) de jeunes Marocains éprouvant des diificultés par pays

Trouver un logement est la difficulté la plus fréquemment rencontrée, sauf aux Pays-Bas. Par contre, c'est dans ce pays que les jeunes Marocains rencontrent le plus de difficultés à trouver un travail (83 %). C'est aussi le pays où les jeunes MRE cumulent le plus de difficultés.

Les jeunes marocains d’Allemagne sont une majorité à rencontrer des difficultés dans la recherche d’un logement (69%), d’un travail (60%) ou dans la pratique de leur religion (58%).Ceux de Belgique se disent principalement victimes de discrimination dans la recherche d’un travail (65%) mais aussi pour trouver un logement (50%). Plus de la moitié des jeunes MRE d’Espagne rencontrent des difficultés à trouver un emploi (59%) et 50 % d’entre eux peinent à trouver un logement. 

Les jeunes marocains de France rencontrent en majorité des difficultés dans la recherche d’un travail (67%) ou d’un logement (63%). Au-delà de la discrimination à l’embauche, les plus modestes peinent davantage que le reste des jeunes marocains à obtenir un prêt bancaire (31%) ou à pratiquer leur religion (41%).

Ceux d’Italie sont nombreux à rencontrer des difficultés à obtenir un prêt bancaire (65%), ou encore à trouver un logement (63%) et un travail (57%). Aux Pays-Bas, ils se disent surtout victimes de discrimination lors de la recherche de travail (83%) et de la pratique de la religion (57%).

Parmi les jeunes marocains victimes d’inégalités à l’emploi en Allemagne, le relationnel avec les clients (54%) et la difficulté d’accès à de nouvelles responsabilités (45%) sont les princi- paux blocages de la vie professionnelle. Les conditions de travail (31%) et le niveau de rémunération (30%) constituent également des sources de discrimination. En Belgique, parmi les 65% des Marocain(e)s qui jugent difficile de trouver un travail, les relations avec les clients constituent 40% des difficultés relevées tandis que les conditions de travail constituent 30% des entraves rencontrées en milieu professionnel. L’accès à de nouvelles responsabilités est aussi l’un des points qui bloquent l’évolution profession- nelle pour 30% d’entre eux.

En Espagne, les difficultés les plus fréquemment rencontrées en milieu professionnel concernent les condi- tions de travail (50%) et le niveau de rémunération (35%). En France, au sein des jeunes marocains ayant du mal à trouver du travail, l’accès à de nouvelles responsabilités (55%) et le relationnel client (41%) sont les difficultés les plus remontées par notre échantillon. En Italie, les conditions de travail (62%) et le niveau de rémunération (57%) sont les principaux écueils rencontrés pour trouver un emploi. 

Parmi les 83% des Marocains aux Pays-Bas qui estiment qu’il est difficile de trouver un emploi, les conditions de travail (37%) et l’accès à de nouvelles responsabilités (35%) sont les principales difficultés rencontrées.

Mohamed Labzioui

Lire la synthèse de l'étude IPSOS, ici

 

 

En savoir plus: 

Interrogés sur les mêmes questions, à savoir l’accès à l’emploi et au logement et la liberté de pratiquer sa religion, les réponses des jeunes marocains ayant participé à cette étude dénotent qu’il n’y a pas une communauté marocaine homogène mais plu- sieurs communautés qui diffèrent selon les contextes politiques et socioéconomiques de chaque pays.

Si aux Pays-Bas 83% des jeunes marocains peinent à trouver un emploi, en Italie 57% des jeunes trouvent difficilement un travail mais ils sont 65% à avoir des difficultés à accéder aux prêts bancaires. Les chiffres révèlent par ailleurs que c’est en Allemagne (69%) et en Italie (65%) que les jeunes marocains ont le moins accès au logement, une difficulté beaucoup moins présente chez les jeunes en Hollande par exemple (35%).

Même si les entraves à la pratique de la religion n’est pas le problème le plus relevé par les jeunes marocains en Europe, comparé à l’accès à l’emploi et au logement, il reste assez présent chez les jeunes en Allemagne (58%) et aux Pays-Bas, et bien moins présent en Belgique et en Espagne.

Les politiques publiques marocaines envers les Marocains du monde seraient alors plus efficaces si elles parviennent à s’adapter aux réalités spécifiques à chaque commu- nauté.