Dix changements qui vont affecter votre vie en 2020

L’année 2020 s’annonce déjà avec son lot de nouveautés susceptibles de vous toucher au quotidien. En voici dix sélectionnés pr la Voix du Nord.

1 - Impôt sur le revenu, une baisse et des nouveaux taux

Le barème de l’impôt sur le revenu est revu. Le taux de la première tranche, aujourd’hui à 14 %, va être abaissé à 11 % pour les revenus compris entre 9 964 € et 25 405 €, soit un gain évalué à 350 € par Bercy. Pour concentrer l’avantage sur les revenus les plus modestes, l’entrée dans la deuxième tranche, soumise à un taux de 30 %, est abaissée de 27 519 € à 25 405 €, réduisant le gain pour ces contribuables à 125 € pour une personne seule et 250 € pour un couple soumis à une imposition commune (marié ou pacsé). La troisième tranche (41 %) est abaissée de 73 779 € à 72 643 €. La dernière, à partir de 156 244 € (45 %), reste inchangée.

Pour que cette réforme soit effective, le fisc procède à une modulation des taux de prélèvement. Vous pouvez d’ores et déjà consulter le vôtre sur impots.gouv.fr. Enfin, en 2020, les foyers fiscaux dont les revenus sont inchangés n’auront pas à remplir leur déclaration de revenus.

Autre nouveauté, la réforme du prélèvement à la source s’appliquera aux salaires des personnes employées par des particuliers. Si vous employez une aide à domicile ou une assistante maternelle, pas de panique toutefois. Les centres Pajemeploi et Cesu se chargeront de calculer le montant de prélèvement à la source et vous informeront du montant de salaire net à verser à(ux) salarié(s).

Concernant le crédit d'impôt emploi à domicile, une expérimentation de mensualisation est prévue dans le Nord et à Paris auprès des ménages qui touchent l'aide personnalisée à l'autonomie (APA) et la prestation handicap.

2 - Optique, dentaire, audition : la prise en charge évolue encore

La réforme 100 % Santé, qui a permis en 2019 de plafonner les tarifs de certaines prothèses dentaires, entre dans une nouvelle étape, avant sa mise en place complète en 2021. À partir du 1er janvier, les opticiens devront proposer des lunettes sans reste à charge (17 modèles pour adulte et 10 pour enfant). Et le reste à charge zéro, qui consiste en une prise en charge totale des frais de santé par l’Assurance maladie et la mutuelle, va concerner davantage de soins dentaires et auditifs.

3 - Premières mesures anti-gaspillage

Dès le 1er janvier, les premières mesures de la loi anti-gaspillage entrent en application avec le lancement de la chasse au plastique. Couverts, pailles, et bâtonnets mélangeurs pour boissons ont un sursis jusqu’en 2021. Mais assiettes et gobelets seront interdits dans la restauration, la vente à emporter, les cantines et les commerces alimentaires. Les cotons-tiges en plastique disparaîtront des rayons. Enfin, pas tout de suite. Les produits interdits bénéficieront d’un délai d’écoulement des stocks de six mois à compter de cette date à condition qu’ils aient été fabriqués ou importés avant.

4 - Automobile : malus plus strict, bonus moins avantageux

Le bonus écologique concernera toujours l’achat d’un véhicule émettant moins de 20 gCO2/km, donc électrique ou à l’hydrogène. Mais à partir du 1er janvier, le niveau des aides change : si le bonus est maintenu à 6 000 € pour l’achat d’un véhicule de moins de 45 000 €, il est abaissé à 3 000 € pour un véhicule dont le prix est compris entre 45 000 € et 60 000 €, et supprimé pour les véhicules de plus de 60 000 €, à l’exception des véhicules utilitaires légers et des véhicules hydrogène. Le bonus est également maintenu à 900 € pour les véhicules électriques à deux ou trois roues. Il est de 200 € pour les vélos électriques pour les personnes aux revenus modestes.

Le malus à l’achat d’un véhicule trop polluant évolue également. Au 1er janvier, le seuil de déclenchement passe à 110g. CO2/km (contre 117g. CO2/km en 2019), pour un montant maximum porté à 20 000 € contre 10 500 € actuellement. La pénalité minimale passe de 35 à 50 euros et les écarts augmentent ensuite très rapidement. Puis, dans le courant du premier semestre 2020, un nouveau barème conforme aux normes européennes (WLTP) sera mis en place. Les montants resteront identiques, mais le seuil de déclenchement sera relevé à 138g. CO2/km, ces nouvelles normes étant plus fidèles à la consommation réelle des véhicules et à leurs émissions de CO2.

5 - Timbre, tabac… Des augmentations en vue

Comme en 2019, les tarifs de La Poste vont s’accroître au 1er janvier. En moyenne, ils augmentent de 4,7 %, mais les hausses atteindront 10 % pour les timbres rouges, verts et gris. Le timbre rouge (prioritaire), qui affranchit les courriers de moins de 20 g, passe de 1,05 € à 1,16 €. Le timbre vert, le plus utilisé en France, passe de 0,88 € à 0,97 €. Le timbre gris (Écopli, pour les envois non urgents) passe de 0,86 € à 0,95 €.

Les tarifs Colissimo vont également augmenter : + 2 %. Mais le tarif associé à la tranche de poids la plus utilisée par le grand public (moins de 250 g) restera stable à 4,95 €. Seuls les timbres à imprimer chez soi (rouges ou verts) vous permettront de faire une économie de 3 centimes par timbre.

Augmentations aussi au bureau de tabac. Les prix de certains tabacs à rouler, paquets de cigarettes et cigarillos vont ainsi passer de 9,10 € à 9,20 € au 1er janvier. Deux autres augmentations sont prévues, en mars 2020 (+50 centimes) et en novembre (+40 centimes). Le prix moyen d’un paquet de cigarettes devrait donc atteindre 10 euros d’ici à la fin 2020.

6 - Fin du libre accès pour trois médicaments

Aspirine, paracétamol et ibuprofène ne seront plus en accès libre dans les rayons de certaines pharmacies. À partir du 15 janvier, vous pourrez toujours en acheter sans ordonnance, mais il faudra les demander au comptoir. Objectif : renforcer le rôle de prévention et de conseiller du pharmacien afin d’éviter un éventuel surdosage.

Des pharmacies où les prélèvements de gorge qui permettent de distinguer une angine virale d’une angine bactérienne seront remboursés dès le 1er janvier.

7 - PMA pour toutes

Le gouvernement espère sa promulgation au premier trimestre 2020. L’extension de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes, mesure phare du projet de loi de bioéthique, constituera la première grande réforme sociétale du quinquennat.

Elle permettra aux couples de femmes et aux femmes célibataires de recourir à la PMA avec don de sperme, jusqu’ici réservée aux couples hétérosexuels infertiles. La PMA sera prise en charge par la Sécurité sociale. La loi mettra également fin à l’anonymat des donneurs et prévoit une réforme de la filiation.

8 - Un nouveau mode de calcul des APL

Initialement prévue avant fin 2019 puis en janvier 2020, la réforme des aides personnalisées au logement (APL) n’entrera finalement en vigueur que le 1er avril. La Caisse nationale des allocations familiales a en effet demandé plus de temps pour sa mise en œuvre.

C’est le mode de calcul des APL qui va changer. Le montant de l’allocation ne sera plus basé sur les revenus remontant à deux ans mais sur les revenus perçus sur les douze derniers mois glissants.

9 - Pensions alimentaires : un service public de versement

À partir de juin, les parents séparés pourront confier un rôle d’intermédiaire aux caisses d’allocations familiales (CAF), qui pourront prélever chaque mois la pension alimentaire due par un parent, puis la verser à l’autre parent. Objectif : prévenir les incidents de paiement.

Ce nouveau service public de versement des pensions alimentaires sera d’abord proposé à tous les parents isolés signalant un incident de paiement de la part de leur ex-conjoint, ainsi qu’à tous les couples officialisant leur séparation à partir de cette date. Puis, en janvier 2021, le dispositif sera élargi à toutes les familles monoparentales, y compris celles séparées depuis longtemps.

10 - Le congé de proche aidant indemnisé

Depuis 2017, les quelque 8,3 millions de personnes qui accompagnent un proche malade, handicapé ou en perte d’autonomie pouvaient déjà solliciter un congé de proche aidant. Mais il était sans solde. À compter d’octobre, les salariés, travailleurs indépendants, fonctionnaires ou chômeurs indemnisés qui aident au quotidien un proche pourront bénéficier d’une allocation de 43 € par jour s’ils vivent en couple et 52 € par jour s’ils vivent seuls. Une mesure réclamée depuis longtemps par les associations de patients.

La durée de ce congé sera de trois mois sur l’ensemble de la carrière. Les jours indemnisés pourront être pris consécutivement, de manière fractionnée, ou en complément d’une activité à temps partiel. Il sera accessible sans condition d’ancienneté dans l’entreprise, contre un an actuellement.

En savoir plus: 

Et aussi, au 1er janvier...

Alimentation. La mise sur le marché de denrées alimentaires contenant l’additif E171 est suspendue pour une durée d’un an. Constitué de particules de dioxyde de titane (TiO2), notamment sous forme nanoparticulaire, le E171 est utilisé pour ses propriétés colorantes et opacifiantes dans de nombreux produits alimentaires (pâtisseries, bonbons, plats cuisinés…).

Smic. Le Smic augmente de 1,2 %, contre 1,5 % au 1er janvier 2019. Le nouveau montant du Smic brut horaire sera donc porté à 10,15 € au (contre 10,03 €) soit 1 539,42 € mensuels sur la base de 35 heures hebdomadaires.

Prestations sociales. Prime d’activité, aide personnalisée (APL), allocation aux adultes handicapées (AAH)… Les prestations ne sont revalorisées que de 0,3 %, à l’exception de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa), qui augmentera de 35 € pour atteindre 900 €.