Coupe du monde 2022 au Qatar : Cinq choses à savoir

L’attribution par la FIFA de la Coupe du monde 2022 au Qatar a fait l’objet de nombreuses polémiques sur lesquelles on ne reviendra pas ici. Mais il est probable qu’elle ne ressemblera à aucun autre Mondial. Pourquoi ?

La Coupe du monde en Russie fut riche en surprises : du gardien de but iranien qui sauva le penalty de Ronaldo, à l’élimination précoce de l’Allemagne, en passant par les quarts de finale et bien sûr la deuxième mi-temps passionnante entre la Belgique et le Japon. Et bien sûr la victoire de la France ! Au moment où le Mondial 2018 est terminé, les regards se tournent déjà vers le Qatar, qui accueillera en novembre 2022 le premier tournoi à avoir lieu dans la région.

Le Qatar est l’un des plus petits pays du monde : avec une superficie de 11 586 km2, plus petite que celle des îles Falkland (propriété du Royaume-Uni) ou de l’État américain du Connecticut, c’est sans conteste le plus petit pays à accueillir ce tournoi créé il y a 88 ans. Il sera également exceptionnel pour au moins cinq autres raisons.

1 - Des stades climatisés

Les organisateurs ont déclaré que tous les stades de la Coupe du monde au Qatar seront climatisés. Le Qatar a annoncé la construction de huit stades pour sa Coupe du monde – pour un coût estimé à environ huit à dix milliards de dollars chacun – et tous climatisés. En avril 2017, le Qatar a réduit le budget initial de 40 à 50 %, pour promouvoir la « responsabilité financière », a fait savoir Hassan al-Thawadi, responsable qatari à la tête du comité d’organisation du Mondial. Certains des stades du Qatar remportent des distinctions architecturales. Le stade Al-Rayyan, par exemple, a été désigné « stade de l’année » par le Congrès mondial des stades en 2016. Le stade Ras Abu Aboud, à Doha, sera construit à partir de containers maritimes modifiés.

2 - Une coupe du monde hivernale

Qatar 2022 ne sera pas la première « Coupe du monde hivernale » comme l’ont prétendu certains observateurs des médias : des tournois dans des pays de l’hémisphère sud comme l’Uruguay (1930), le Chili (1962) et l’Afrique du Sud (2010) ont tous eu lieu pendant les mois d’hiver de ces pays, qui tombent généralement en juin, juillet et août.

Mais aucun tournoi ne se déroulera aussi tard dans l’année que celui du Qatar : le premier match est prévu le 21 novembre et la finale, le 18 décembre, fête nationale de l’émirat.

Ces dates ont été choisies pour éviter le climat estival torride du pays : en décembre, le mercure peut atteindre 45°C et plus en moyenne, contre une moyenne de 25°C en décembre.

Déjà, de nombreuses ligues nationales européennes ont indiqué qu’elles modifieront leur calendrier en fonction du programme de la Coupe du monde. En Angleterre, par exemple, il est question, entre autres, de commencer la saison 2022/23 de Premier League un mois plus tôt, en juillet, avec une pause en fin de l'année pour accueillir Qatar 2022.

3 - Des travailleurs migrants maltraités

Le Qatar a fait l’objet de violentes critiques de la part de groupes de défense des droits de l’homme et de d’ONG, autour du traitement des travailleurs migrants qui construisent ses stades et qui auraient enduré de mauvaises conditions de vie et de longues heures de travail dans la fournaise du désert. La majorité des travailleurs qui alimentent le boom de la construction au Qatar viennent d’Asie du Sud : des dizaines d’ouvriers seraient morts de crises cardiaques ainsi que d’accidents et de chutes sur le chantier. 

Pour répondre à ces critiques, Doha a signé plusieurs accords et ouvert le premier bureau dans la région du Golfe de l’Organisation internationale du travail, l’agence de l’ONU qui s’occupe des questions sociales dans l’entreprise. Mais les critiques ont continué de s’inquiéter de la poursuite des ces abus, et les ouvriers continuent de se plaindre de salaires impayés, entre autres problèmes. 

4 - Et l'alcool dans un pays musulman ?

Une coupe du monde sans consommation d'alcool n'est pas digne de porter ce nom, selon ses supporteurs les plus fanatiques. Les amateurs de football de la Coupe du monde n’ont pas boudé l’alcool en Russie, et quelques brasseries ont été incapables de faire face à la demande. 

Au Qatar, la consommation d’alcool dans les lieux publics est un délit. Cependant, à l’occasion de la Coupe du monde, Doha a exceptionnellement accepté d’installer « des lieux spécifiques dédiés » réservés à la consommation de bière. Cela signifie que les supporters ne pourront boire de l’alcool que sur des sites contrôlés, situés à une heure de route des stades.

5 - Le plus grand événement sportif pourrait s’avérer encore plus phénoménal

La première Coupe du monde, en 1930, ne comptait que treize équipes. Elle est passée à seize équipes en 1934, suivie de 24 en 1982 et 32 en 1998. La FIFA a décidé que 48 équipes s’affronteront en 2026, lorsque la Coupe du monde aura lieu en Amérique du Nord, accueillie conjointement par États-Unis, Canada et Mexique. Le nombre de matches passera également de 64 à 80.

Les officiels qataris ont également fait allusion à la perspective de présenter 48 équipes pour la Coupe du Monde 2022, bien que cela reste à confirmer. 

Le président de la FIFA, Gianni Infantino, a décrit ce plan comme une opportunité de rendre la Coupe du monde « plus inclusive ». Mais les critiques ont décrit cette initiative comme une « façon de gagner de l’argent et de l’influence » après que les recherches conduites par la FIFA ont indiqué que les recettes attendues passeraient à six milliards de dollars si le tournoi était étendu à 48 équipes.

Indépendamment du nombre d’équipes, une chose est sûre : le Qatar se qualifiera pour la première fois de son histoire pour accueillir le plus grand tournoi sportif du monde.