Vosges : Plaintes contre Nestlé pour des forages d'eau

Des associations de défense de l'environnement ont annoncé vendredi porter plainte contre Nestlé Waters pour neuf forages dans les nappes phréatiques de Vittel et Contrexéville.

(AFP) - France Nature Environnement, Lorraine Nature Environnement et les associations du collectif eau88 accusent Nestlé Waters d'avoir puisé plus de 10 milliards de litres d'eau depuis 2007 via ces neuf forages qui ne bénéficient pas, selon elles, de l'autorisation préfectorale prévue par le code de l'environnement. «L'administration et la société Nestlé Waters reconnaissent clairement l'absence d'autorisations administratives pour les prélèvements d'eau sur 9 forages, parmi les 28 exploités par la multinationale», pointent les associations dans un communiqué.

Elles soulignent que «Nestlé Waters a déposé en février 2019 une demande pour régulariser» leur situation et s'étonnent que l'administration ait permis jusqu'alors à l'entreprise d'effectuer les pompages et de commercialiser ses eaux minérales. «Nous souhaitons que Nestlé Waters, entreprise d'envergure internationale, respecte la loi comme le ferait n'importe quelle entreprise ou personne souhaitant prélever de l'eau dans une nappe phréatique en quantité importante et que la ressource en eau soit préservée», résume le porte-parole du collectif eau88, Bernard Schmitt.

1,5 milliard de bouteilles par an

«Notre position est celle d'une totale transparence sur l'existence de nos captages et des volumes prélevés, sur lesquels Nestlé Waters paie l'ensemble des redevances légales», a pour sa part assuré dans un communiqué la directrice Générale de Nestlé Waters France, Sophie Dubois, tout en indiquant ne pas avoir été officiellement informée de cette plainte. «Les forages exploités avant la loi sur l'eau du 3 janvier 1992 bénéficient d'une présomption légale de régularité», assure le groupe.

«Depuis plusieurs années, le souhait des services de l'État a été de remettre à plat les diverses autorisations pour les unifier et y intégrer les captages non exploités. Nestlé Waters a souscrit à cette démarche et a déposé les dossiers demandés par l'État», ajoute-t-il. Les sites de Nestlé Waters à Vittel et Contrexéville produisent 1,5 milliard de bouteilles par an. La nappe aquifère des grès du Trias inférieur, située à 100 m de profondeur et faiblement minéralisée, présente un déficit annuel d'un million de m3 et se renouvelle lentement. Trois communes et trois industriels, dont Nestlé Waters, y effectuent des prélèvements.

En janvier, un protocole qui prévoit son retour à l'équilibre entre 2021 et 2027 a été présenté. Il repose sur la rationalisation des prélèvements industriels et publics, la création d'un observatoire des ressources en eau souterraine et la rétrocession de forages par Nestlé Waters.

En savoir plus: 

France Nature Environnement - A Vittel et Contrexéville, les nappes phréatiques souffrent toujours d’un déficit chronique. En cause, les forages trop importants de Nestlé Waters, régulièrement dénoncés par nos associations. Alors que l’administration est encore à la recherche d’une solution, il s’avère que 9 forages exploités par la multinationale sont en réalité illégaux : selon l’administration, elle n’a pas l’autorisation de les exploiter au titre du code de l’environnement. France Nature Environnement, Lorraine Nature Environnement et les associations du collectif eau88 (ASVPP – UFC Que Choisir 88 et Vosges Nature Environnement) portent plainte.

Alerté dès 2016 par le préfet d'une absence d'autorisations sur certains forages, Nestlé Waters a déposé en février 2019 une demande pour régulariser et obtenir une autorisation de prélèvement. Cette autorisation, obligatoire, est délivrée par la Préfecture au titre du code de l’environnement. Elle permet notamment de s’assurer que le prélèvement d’eau ne nuise pas au bon état écologique de la nappe phréatique impactée.

L’administration et la société Nestlé Waters reconnaissent clairement l’absence d’autorisations administratives pour les prélèvements d’eau sur 9 forages, parmi les 28 exploités par la multinationale. Depuis 2016, la société continue pourtant de pomper l'eau et de profiter de ce bien commun menacé sans aucune contrainte malgré les problèmes d'épuisement de la nappe, sous le regard bienveillant de l'administration. Comment se fait-il que cette dernière ait laissé Nestlé Waters pomper sans autorisation administrative, tout en permettant la commercialisation de ces eaux minérales ?

Cette situation d’illégalité concerne 9 forages, exploités depuis des dizaines d’années :

  • Au moins 425 062 m3 par an ont été prélevés pour le mélange de l’eau minérale Contrex dans les forages « Belle Lorraine » (213 062 m3/an, chiffre pour 2018), « Thierry Lorraine » (73 222 m3/an, chiffre pour 2018), « Great Source » (84 961 m3/an, chiffre pour 2018), « Reine Lorraine » (53 817 m3/an, chiffre pour 2018)
  • 120 966 m3 par an (chiffre pour 2018) ont été prélevés pour le mélange de l’eau minérale ‘Vittel Grande Source’ dans le forage « Grande Source Sud »
  • 80 596 m3 par an (chiffre pour 2018) ont été prélevés pour les thermes de Contrexéville dans le forage « Châtillon Lorraine »
  • 26 280 m3 par an ont été prélevés pour les buvettes et fontaines publiques dans les forages « Impériale » (8 760 m3/an sollicités) « Pavillon », (8 760 m3/an sollicités) « Souveraine » (8 760 m3/an sollicités)

En savoir plus, ici