Un Grenadier pour sauver Hambach et l'usine de la Smart en Moselle ?

Le site de production de la mini-voiture Smart de Daimler est en vente depuis le 4 juillet. Cette annonce inattendue a semé la consternation parmi la population et les élus locaux. Un constructeur a fait savoir son intérêt pour un éventuel rachat. C'est un vent d'espoir même s'il reste fragile. La société Ineos serait prête à y établir les ateliers pour son futur modèle "Grenadier"

L'aventure Smart est sur le point de prendre fin, en Moselle. En début de mois, le groupe Daimler a fait connaître  son intention de se séparer du site de production automobile, installé à Hambach, en Moselle-Est depuis 1997. Une annonce d'autant plus surprenante pour les quelque 1.500 salariés que l'usine avait été choisie (et équipée en grande partie) pour produire d'ici peu un SUV électrique pour le compte de Mercedes. Intention qui avait fait l'objet de 500 millions d'euros d'investissement...

Quatre jours après cette annonce catastrophique pour la Moselle Est, le groupe britannique de chimie Ineos a indiqué être en discussion avec le géant allemand de l'automobile Daimler pour racheter l'usine française. Les installations de Hambach serviraient alors à produire le futur 4x4 Grenadier qu'Ineos veut lancer.

Il convient toutefois d'être prudent. En effet, avant de jeter son dévolu sur le site mosellan, Ineos avait déjà fait part de tout son intérêt pour d'autres usines, installées au Pays de Galles et au Portugal. D'ailleurs, même Daimler reste sur les freins en parlant de cette approche comme celle d'un acheteur potentiel. 

Mais du côté du directeur d'Ineos Automotive l'intérêt est confirmé: «La pandémie de covid-19 a créé de nouvelles opportunités comme celle-ci qui n'étaient pas présentes auparavant». Le tout sans préciser combien d'emplois il entendait éventuellement préserver en France.