Tintin se visite au château de Malbrouck (Moselle)

«La saga des jours heureux», l’exposition consacrée aux 70ans du Journal Tintin, est à découvrir au célèbre château de Malbrouck situé en Moselle.

Le Château de Malbrouck met, cette année encore, la bande dessinée à l'honneur à l'occasion d'une exposition consacrée aux 70 ans du Journal Tintin en France. Le célèbre "Journal des jeunes de 7 à 77 ans " imaginé par deux génies : Raymond Leblanc et Hergé est devenu une référence durant les Trente Glorieuses (1945-1973), période de modernisation de la société Française.

S'appuyant, non seulement, sur l'emblématique personnage de Tintin pour distraire petits et grands, le Journal peut aussi compter sur un vivier de héros conçus par des auteurs de talent : parmi eux, on compte Bob de Moor (Barelli), Edgar P. Jacobs (Blake et Mortimer), Paul Cuvelier (Corentin), Franquin (Modeste et Pompon), Tibet (Chick Bill et Ric Hochet), Dino Attanasio (Spaghetti), Jacques Martin (Alix et Lefranc), Hermann et Greg (Bernard Prince et Comanche), William Vance (Bruno Brazil), Dupa (Cubitus), Dany et Greg (Olivier Rameau), Derib (Buddy Longway), Gilles Chaillet (Vasco), Cosey (Jonathan), Francis Carin (Victor Sackville), Ernst (Clin d'œil) et tant d'autres.

Tous leurs personnages sont à découvrir à Malbrouck dans une scénographie qui retrace les jours heureux au sortir de la Seconde Guerre mondiale jusqu'aux années 1970. Une diversité et une richesse d'œuvres inédites vous attendent, comme des planches, des BD, des objets publicitaires ou des photographies d'époque, etc. rassemblés grâce à des collectionneurs, aux familles des auteurs et des éditeurs prolifiques (Le lombard, Casterman, BD Must ou les éditions Moulinsart). Des salles thématiques vous suggèrent d'entrer dans l'univers du Journal Tintin et présentent la vision d'une société qui se modernise, grâce par exemple, à une salle entière centrée sur l'automobile ou une autre sur les perspectives vers un monde nouveau incarné par les fusées ou le cockpit d'avion présent sur place !

Rendez-vous jusqu'au 30 novembre 2018, sans supplément de prix.

Télécharger le guide de visite de l'exposition

 

 

En savoir plus: 

Le château de Malbrouck (historiquement : château de Meinsberg) est un château fort de la commune de Manderen dans le nord du département de la Moselle, au Pays des Trois Frontières, à proximité du Luxembourg et de l’Allemagne. Appartenant au Conseil Départemental de la Moselle, il fait partie du réseau Moselle Passion. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis février 1930.

Initialement dénommé château de Mensberg (en allemand Schloss Meinsberg), son surnom lui vient du Duc John Churchill de Marlborough, immortalisé dans la chanson populaire Marlbrough s'en va-t-en guerre. Ce dernier a brièvement installé ses quartiers le 3 juin 1705 lors de la guerre de Succession d'Espagne avant de se replier sur Trèves deux semaines plus tard. Lors de la guerre de succession d'Espagne, le château de Mensberg se retrouve au premier plan de la scène internationale : L'Angleterre et les Provinces Unies se joignent à l'Empire et la France se retrouve face à une Europe coalisée. Le chef de guerre de cette coalition n’est autre que John Churchill, duc de Marlborough, que les Français surnomment Malbrouck. Au début de l'année 1705, le duc de Malbrouck prépare son plan d'invasion de la France en passant par la vallée de la Moselle, et rassemble une armée de 100 000 hommes à Trèves. Au mois de juin 1705, il dispose cette armée aux portes du royaume de France, de la Moselle au château de Mensberg, où il installe son quartier général. Face à lui, le maréchal Claude-Louis-Hector de Villars s'apprête à défendre la frontière avec moins de 50 000 hommes. À un contre deux, Villars ne peut se permettre d'attaquer. Malbrouck, qui tient Villars en grande estime, décide de n'attaquer qu'avec le renfort du prince de Bade, Louis-Guillaume de Bade-Bade, à qui il a donné rendez-vous au château de Mensberg. Dans cette attente, Malbrouck fait tout pour que Villars sorte de ses positions mais celui-ci, patient, ne bouge pas. Le face à face dure ainsi une dizaine de jours sans ravitaillement pour l'armée de la coalition, tant et si bien que les soldats de Malbrouck, qui souffrent de la carence en vivres, désertent les uns après les autres. Le duc de Malbrouck se résigne donc à quitter la place sans livrer la bataille et profite d'une nuit de brouillard pour s'en retourner vers Trèves et Maastricht. Le 17 juin au petit matin, Villars a la surprise de constater la disparition des troupes ennemies. Malbrouck s'en est donc allé en laissant son nom à ce château.